Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
22 août 2007 3 22 /08 /août /2007 21:23
"Ce n'est pas l'impression de liberté qui est illusoire , c'est la liberté elle-même."

                              Gérard BESSETTE.


La liberté, c'est un état d'esprit -comme l'indépendance- et se travaille tous les jours.
Aujourd'hui je ne suis pas libre, je suis juste dans une prison que je me suis créée moi même, sans même m'en rendre compte. Petit à petit...à petit feu, comme ça, pour voir ce que ça fait.
Sale gosse ingrate.
Je vais mieux cela est vrai et paradoxalement j'ai une trouille bleue de ce qui m'attend "dehors".
Quand tout va bien on anticipe déja la rechute, et au lieu d'en profiter on vit dans la crainte de retomber encore une fois.
Pas de plaisir instantané, pas de spontanéité [à part pour les impulsions, nombreuses]

Toutes ces choses pourtant évidentes et nécessaires sont à réapprivoiser, mais annoncent aussi le début de la f[aim]...je marche dans l'obscurité, tâte un peu les parois du tunnel, avance timidement.

Je ne me reconnais plus vraiment ces derniers temps, j'ai du mal à l'exrpimer, tout ça est encore si fragile. Un seul fil.
Je ne tiens que par un seul fil, je m'y accroche.

Les idées défilent sans que j'ai le temps de me poser ni de les suivre ou d'aller jusqu'au bout.
Un peu l'anar dans le cerveau.
Et puis vient aussi toutes les questions débiles de la crise existentielles, débiles mais pas faciles, débiles mais qui peuvent faire mal.
M'enfin, paraît que c'est bien de se remettre en question des fois.
Moi c'est pas des fois c'est en permanence, en permanence je me demande si je depasse les bornes, si je coule ou si je m'envole trop vite.

Cet écrit n'est pas clair et ça me fait enrager refléte tout à fait mon etat d'esprit d'aujourd'hui; c'est le bordel.
Et je me mets plein de "il faut que", "je dois","ça serait mieux", et vas y que je me fous la pression toute seule, jusqu'à vomir mes tripes nimporte où (ouaip, l'image glam' en prend un coup).

Ces passages à vide finalement, c'est valable pour tous [dites moi oui s'il vous plait], la stabilité étant difficile à entretenir.
 
Evidemment peut être que je me fais un peu plus de mal en ruminant des choses du passé avec le quel je veux couper les ponts; seulement ces moments font partie de mon histoire et je ne peux pas les occulter; ils restent toujours là, à prendre mon âme en otage.
Comment avancer sans passé, comment avancer en reniant son histoire?
Reflexionnage stérile.

Je vais de ce pas réintegrer mon atelier
Pour me défouler sans mal
Sans auto-agressivité
Sans pression.
Partager cet article
Repost0

commentaires

Laure 24/08/2007 11:21

oui je te rassure, les passages à vide sont valables pour tous . Moi aussi le passé me hante et je n'arrive que très peu à vivre dans le présent . C'est tellement enrageant . Mais on garde espoir.Je t'embrasse,Laure

Laure 24/08/2007 11:21

oui je te rassure, les passages à vide sont valables pour tous . Moi aussi le passé me hante et je n'arrive que très peu à vivre dans le présent . C'est tellement enrageant . Mais on garde espoir.Je t'embrasse,Laure

sand 24/08/2007 02:46

hey ma bellemon silence était bien dû a des vacances, en espagne as usual. je suis rentrée tt à l'heure à 21h et je pleure de voir paris... j'ai laissé ma tête là-bas... c'est mon paradis et il m'a fait beaucoup de bien, mais j'écrirais sûrement un article dans le week-end, j'ai bien trop délaissé mon blog depuis quelques mois...en tous cas, je ne me connecte pas pendant deux semaines, et à mon retour je retrouve une anorchidea mûrie, lucide mais pleine d'espoir toujours, un optimisme réaliste qui te permet d'avancer à si grands pas... bien sûr rien n'est gagner, et il est plus qu'humain de craindre une rechute, une fois sortie du cocon sécurisant que forme le corps médical autour de toi depuis quelques mois... mais tu as sû nous montrer ta force, et bien que j'aie toujours cru en toi, aujourd'hui, ton épanouissement prochain est une certitudetu es hyper sensible, comme nous toutes en fait, et cela peut être destructeur, un fardeau à porter, une perception trop forte des choses... mais si tu apprends à l'apprivoiser, tu seras plus heureuse que tous les "normaux", parce que tu seras capable de capter la beauté absolue des choses de la vie...

*anorchidea*

  • : [La pÂleur mOntre JusQu'où le cOrps PeUt cOmprendRe l'âMe]
  • : Le pardon ne pouvant s'envisager, seule une vengeance violente, une décharge de tout ce qu'il y a de mauvais, malsain, au plus profond du subconscient, pourrait permettre de ne plus penser aux noirs souvenirs qui gangrènent ma chair me rendant chaque jours un peu plus malade. Mes pieds s'enlisent, mon esprit les suit. Je me perds. L'anorexie fait partie de ma vie depuis trop lontemps.
  • Contact

Des visites...

Recherche

Au Grenier