Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
28 octobre 2007 7 28 /10 /octobre /2007 10:18
_"Pourquoi tu t'habilles comme un sac maintenant?
_Parceque je me sens grosse
_Tu te fous de ma gueule?! Tu pourrais mettre les vêtements de tes soeurs!
_Arrête Maman c'est pas ce que je voulais dire...c'est juste qu'en ce moment j'essaie de faire des efforts et ..je me sens gonfler...je l'ai un peu dure...
_Quoi, tu veux continuer à mettre la même taille que les filles, c'est ça que tu veux, ressembler à des gamines de 13 ans?C'est ça que tu veux? Tu parles que t'essaie de bouffer, tu t'etouffes avec 3 petits pois!
_Non...Maman arrête, arrête s'il te plait
_Non mais vas y t'a cas continuer comme ça, tu pourras échanger tes fringues avec elles!T'es moche comme ça en plus...
_Putain s'il te plait, arrête Maman tu sais bien que...
_Que quoi, que tu sais pas faire autrement?!
Prends toi  en main un peu, merde, regarde les autres, regarde autour de toi, tous les gamins de nos copains font plein de trucs, ils s'éclatent, et toi t'es là, dans ton hosto...j'en ai ras le cul que tu sois la bas, tu comprends ça? J'en ai marre, j'en peux plus de devoir te reconduire là bas chaque dimanche soir
_Ah oui et tu crois qu'être là bas ça m'éclate moi? Tu crois que je fous rien c'est ça? Tu crois que j'ai pas la haine de pas pouvoir  reprendre les cours, tu crois que je dors paisiblement aussi? Que je me bourre de cachetons avec plaisir? Que je me fais gerber parceque j'aime ça? Maman, si je pouvais faire autrement, je le ferai. Mais je ne sais pas.
_Tu vas rester combien de temps en psychiatrie, hein?...
[...]"


C'est vrai que ça fait quelques temps que je m'habille comme un gros sac, entre mes baggys XXL et mes pulls informes. Je remplis bien le cliché des anorexiques qui s'habillent en large pour dissimuler leur maigreur. Sauf que moi je les mets parceque je me sens énorme. Je sais que que ce n'est pas la réalité, mais je me sens mal dans mon corps depuis que je suis à l'hosto,j'ai l'impression d'être une bombone.
Faut pas chercher à comprendre, la raison me fait défaut.Les chiffres le prouvent. Mais c'est plus fort que moi, question de ressenti. Je maigris et me sens lourde, remplie de vide.

C'est un peu tendu en ce moment.
J'ai envie de sortir.
J'ai envie de leur prouver que j'ai pas besoin d'aller dans ce putain de centre.
J'en ai tellement envie, et putain j'y arrive pas, j'arrive pas à avaler leur putain de bouffe d'hopital, j'arrive pas à reprendre du poids, j'arrive pas à manger devant les autres, j'arrive pas à garder ces aliments.
Je pleure parceque contrairement à ce que je croyais, je suis incapable de faire autrement, même en y mettant toute la meilleure volonté du monde.
Je pleure parceque je me rends compte que je ne sais pas faire autrement
Je pleure parceque je ne suis plus maître.
Je ne savais pas que...j'étais aussi bas...
Je ne savais pas que c'était grave
Je ne veux pas y aller
je veux pas aller me faire gaver comme une dinde
J'ai mal, au fond, tout au fond
Je me sens seule avec mon estomac noué
Mon estomac condamné
Toute seule
Ici personne ne comprend
Personne ne peut se mettre à ma place et c'est frustrant; ça me renvoie à ma folie, je ne suis qu'une malade.
J'ai l'impression que l'anorexie fait partie intégrante de mon être, qu'elle fait partie de mon identité, j'ai peur de la lacher. Je me sens déja si vide.
Je n'ai pas voulu les écouter,j'ai continué tête baissée à me faire du mal malgré les mises en garde.
Je me croyais plus forte.
Mais je ne suis qu'une humaine.
Je prends un peu de recul et la vue me vrille les tripes, les larmes coulent comme elles ne l'avaient pas fait depuis longtemps; même les larmes étaient arides.
J'ai peur.
Je ne me reconnais plus
j'ai envie de partir
loin


j'ai peur du jugement de mes amis que je n'ai pas revu depuis au moins 6 mois; comment le perçoivent-ils? Est-ce qu'ils ont des reproches à me faire? J'espére juste qu'ils ne pensent pas que je me laisse aller à la complaisance.



J'arrête les lamentations. C'et mieux comme ça...

Je réécrirai quand "ça" ira mieux.
Partager cet article
Repost0

commentaires

sand 03/11/2007 20:23

oh ma belle ça me fait mal au ventre de lire tes mots
toi qui semblais avoir retrouvé une petite lueur au fond de toi, un semblant de force, de rage de vivre...
mais rien n'est perdu
les rechutes sont normales
affronter ce corps, qui peu à peu va se redessiner, ça fait mal, une douleur indescriptible, un cri que l on ne peut exprimer
mais comme les toxicos, les alcoolos, tu dois passer par ce cap, survivre a ta douleur, à ta peur, à tes doutes.

ne baisse pas les bras

je pense si fort à toi

c est tt con, ms sache que personne ne te juge

lov'

mamzell beetlejuice 02/11/2007 23:02

arg.... Je viens ici suite à ton comm' sur mon blog ( merci d'ailleurs)... Euh... Je suis désespérée pour toi rien qu'à lire ton dernier article... Ca me fend le coeur, je sais ce que tu ressens, enfin, je ne sais pas, mais je comprends, surtout vis-à-vis de ta mère... Allez courage jeune demoiselle ! Si ça ne te dérange pas je vais te mettre dans mes liens. Si tu ne le souhaites pas, maile moi ou comm' moi... Bizoux...

delph 30/10/2007 22:03

je me retrouve dans tes paroles...la sortie de l'hôpital n'a pas été facile, je flippais aussi à propos des réactions...Seulement avec le temps, on se rend compte qu'elles ne sont pas si nombreuses, bien que les gens parfois manquent énormément de tact, mais j'imagine que tu le sais déjà, et que dire "je m'en fous" n'est pas facile...ne te laisse pas détruire par leur paroles, ils ne comprennent pas ce calvaire, ne le vivent pas...je te souhaite beaucoup de courage, et surtout d'espoir...et la force de combattre ce piège qui te retientmilles pensées

Blandine 29/10/2007 23:00

Ces mots-ci me touchent car ils résument tout ce mal être qui saisit chaque parcelle de notre corps. Ils sont vrais, trop peut-être parce qu’ils me mettent face à la réalité. Oui je suis humaine. Oui tu es humaine. Oui nous sommes humains. Sauf que… jusqu’alors je ne m’en rendais pas compte. La vie normale me fait parfois rêver. J’aimerai vivre…. S'ils savaient cela jamais plus ils ne nous enverraient ces flèches qui ressemblent à des mots. J’aimerai t’envoyer tout ce courage que j’ai au fond de moi et dont je ne sais pas me servir pour que tu en fasses meilleur usage que moi. Tes commentaires laissés sur mon blog fond écho en moi. Je pense à toi bien fort. Blandine

Diane 28/10/2007 23:06

Il y a ce poids...toujours...sous mille formes...Celui que donne les chiffres, celui qu'ils veulent nous voir atteindre, celui de la santé, celui que notre reflet dans le miroir nous renvoit, celui du coeur, qui pèse sur le corps...et donne une ligne droite, comme une petite mort.
Il y a cette sensation d'être lourde, trop lourde pour soi, un poids en trop pour les autres...Trop lourde pour avancer, on se traine en se laissant happer par cette maladie viscieuse qu'est l'anorexie. Soif de contrôle je te satisfait mais bientôt tu te verras dépassée, bienvenue dans mes filets...
je pense à toi ma douce
courage courage
prends soin de toi, au mieux, pour toi
je t'embrasse

*anorchidea*

  • : [La pÂleur mOntre JusQu'où le cOrps PeUt cOmprendRe l'âMe]
  • : Le pardon ne pouvant s'envisager, seule une vengeance violente, une décharge de tout ce qu'il y a de mauvais, malsain, au plus profond du subconscient, pourrait permettre de ne plus penser aux noirs souvenirs qui gangrènent ma chair me rendant chaque jours un peu plus malade. Mes pieds s'enlisent, mon esprit les suit. Je me perds. L'anorexie fait partie de ma vie depuis trop lontemps.
  • Contact

Des visites...

Recherche

Au Grenier