Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
21 novembre 2007 3 21 /11 /novembre /2007 01:30
Une semaine pour réfléchir à une éventuelle prise en charge.
Premier contact plutot ok, le médecin est jeune et attentif.
J'ai franchi la porte et j'ai vu. Toutes ces filles.
Electro choc.
Je n'arrive pas assez à canaliser ma pensée pour en écrire plus.
Il n' y a qu'un truc dont je me souviens, c'est que mon potassium est trop bas et qu'avec les neuroleptiques que je prends je peux faire unce crise cardiaque.
Je n'ai pas eu de réaction lorsque l'on me l'a dit.
Ni chaud ni froid. C'est après, en me regardant, que je me suis dit "mais oh, qu'est ce que tu fous?!"
Puis la peur m'a envahie. Ce qui est quand même plus normal que l'indifférence.
 "-Qu'est ce que vous attendez de nous?"
Arf...fouillis dans ma tête, neurones en lutte. Pourquoi j'y suis allée, qu'est ce que j'en éspère, que peuvent ils m'apporter,
qu'est ce que je suis prete à faire, quelles concessions?
Pas de réponse. Juste le cerveau en ébullition et pas moyen de sortir un mot.

J'ai une semaine
Une semaine pour choisir la vie ou la survie toute puissante.

Vague à l'âme.
Tiens, puis ce matin j'ai eu un appel de ma mère;
"T'avances pas" "pas de progrès" "bouge toi le cul" "qu'est ce que tu fous"
J'ai hurlé comme je ne l'avais pas fait depuis longtemps, et j'ai pleuré, encore encore.
Moi, j'ai l'impression de faire beaucoup d'efforts, vraiment.
Mais lorsque  personne ne les remarque, non pas que j'attende une récompense, ça fait mal. Ses reproches étaient piquants, je hausse le ton.
Elle me dit ça au téléphone.
Je raccroche.
Je pleure je bouffe et j'attaque mes bras. On fait comme on peut hein...? Système D...La crise a duré longtemps, j'ai pensé à tous les cachets cachés dans ma chambre. Passé en revue tout ce qui pourrait définitivement me sortir de ce mauvais pas. Hasard ou non, une infirmière est passée à ce moment précis où tout est possible et les limites ont disparues, j'ai eu de la chance.
Mal
Maman, pardonne moi
Pardon

Merci beaucoup pour vos mots.
Merci
Partager cet article
Repost0

commentaires

mamzell B. 22/11/2007 11:10

Je ne sais pas quoi te dire de plus, à part que je suis toujours aussi touchée par tes écrits, que je pense à toi très fort ( en même temps, perso, je ne fais que ça en ce moment : penser, j'me retourne les méninges dans tous les sens...), et te dire encore et toujours : courage ! Tiens le coup...

SidVicious 21/11/2007 23:59

Pas facile. Se sentir perdu et désemparé. Où aller et que faire ? Quelle solution ? C'est hard. Hard de sentir ton désarroi, et ces question sans réponse. Choisis la voie qui te semble être la meilleure pour ta guérison, si tu te sens prête à affronter la maladie et à surmonter cette épreuve. Tu as le droit d'échouer, de te tromper. Car tu sauras rebondir même si cette période est "bad". Ca doit être général en ce moment. A croire que seules les la(r)mes et les cigarettes nous apaisent... Si jamais tu y penses, exprime toi par l'art, dans ce genre de moment, ca soulage moins bien, mais les résultats peuvent être marrant. Rha, j'aime pas te dire des choses que tu sais déjà par rapport a des pulsions pas maitrisables... Tant pis, je resterai spontannée xDIl n'y a pas de bon ou mauvais choix dans la décision que tu prendras. Tu prendras celle qui te semblera être la mieux adaptée à ton état, il ne faudrait pas que tu paniques, comme ça nous arrive si souvent, et que tu choisisses sur un coup de tête.Bizarre, tu parlais de ces réactions souvent passives et aveugles de ton entourage dans ton dernier post... Les mots de ta mère sont ceux de ton psy. Le ton n'y était peut-être pas et si parfois le manque de tact est là, la maladie fait perdre tout esprit de combat, dans un sens positif bien sur. Ne te laisse pas abattre. Ta mère t'aime, c'est une certitude. Je sais que tu sais, mais ça fait du bien d'entendre qu'on peut être protégé, même si le doute est fort parfois... Cette semaine sera certainement difficile. Se voir confronté face à soi-même, à ses choix et à la VERITE, ce n'est pas de tou repos pour l'esprit. Et oui, ces squelettes font peur... Tu en es seulement trop consciente.VIS, VIS, VIS ! Il faut que tu guerisses, que tu puisses sortir de ta caverne trop peu éclairée pour re-découvrir la beauté et la mocheté extérieures ;) Ca fait du bien la liberté. Casse ces chaines qui te lie à l'anorexie. Avec une lime à ongle si tu veux, prends le temps dont tu as besoin. Mais reviens-nous pleine de vie et de projets. Qui aboutiront surement mieux si tu a pleinement le temps de t'en occuper... Allez, tu as eu du courage jusqu'ici, ne laisse pas tomber. Tiens le coup parce que même dans les moments difficiles, tu as toujours su rebondir un minimum pour rester ici. C'ets bien que tu t'y accroches à cette existence, quand même ! Allez ma belle, cherche ton sourire, même s'il est aprfoi hypocrite, il est peut-être dans un de tes jeans, délavé dans ce cas, sors tes peinceaux, un peu de carmin et paf ! Un sourire, ça change parfois une humeur maussade.Bon courage la belle, pense à toi surtout, surtout. Pense à TOI !! Tu peux t'en sortir, tu le sais. Prends soin de toi autant que c'ets posssible. Si tu as besoin, je suis là. Enormes bisous, tendres pensées, courage !

Laure 21/11/2007 18:05

Bien sûr que tu fais des efforts et ils seront récompensés un jour, c'est certain. Moi aussi je traverse cette période difficile mais ne fais pas cette bêtise, essaie d'appeller et de voir un peu tes amis et de t'aérer au maximum, même si je suppose que c'est difficile en étant à l'hopital..! Perso, c'est le seul truc qui me tient en vie. Enfermée, toute seule, je me pose trop de questions et je déprime, en pensant à ce qui me pourrait me libérer de tout ça.La mort.Mais non, la vie est belle sourie à la vie et la vie te sourira =) C'est tellement difficile, je comprends trop bien...vivre...allez tu peux le faire!En espérant que tu feras le meilleur choix, toi seule peut décider, seulement  rapproche toi du côté dont tu penses être le plus proche pour guérir et vivre. Une semaine difficile sûrement, mais tes efforts seront récompensés !Je t'embrasse fort et ne perds surtout pas cette lueur de vie que tu as au plus profond de toi. Ne la perds jamais.(k)

Diane 21/11/2007 11:57

Je pense à toi ma puce....Sache que tu peux compter sur moi...si besoin tu as...
Courage...accroche toi...à ce que tu peux, ce que tu veux mais pense à toi...
Je t'embrasse fort

diorana 21/11/2007 11:38

Tes écrits sont très touchants... On sent bien que tu es piegee dans cette anorexie, sans trouver ni l'envie, ni les moyens pour en sortir...Tout ce que j'ai envie de te dire c'est d'essayer... Toujours essayer, même si au départ ca n'avance pas, qu'il n'y a que des echecs et pas de progrès... Essayer d'envisager une petite forme de vie en toi, de la cultiver tous les jours...Essayer de changer ta manière de voir les choses de la vie aussi et pas seulement focaliser sur la maladie... Laisse là faire son chemin à cette merde, mais sans toi pour la guider...Je suis passée par là et tout ce que je sais c'est que la route est longue et que ca demande un effort constant pour se reconstruire... mais c'est possible et je t'assure que ca en vaut la peine... Courage courage...

*anorchidea*

  • : [La pÂleur mOntre JusQu'où le cOrps PeUt cOmprendRe l'âMe]
  • : Le pardon ne pouvant s'envisager, seule une vengeance violente, une décharge de tout ce qu'il y a de mauvais, malsain, au plus profond du subconscient, pourrait permettre de ne plus penser aux noirs souvenirs qui gangrènent ma chair me rendant chaque jours un peu plus malade. Mes pieds s'enlisent, mon esprit les suit. Je me perds. L'anorexie fait partie de ma vie depuis trop lontemps.
  • Contact

Des visites...

Recherche

Au Grenier