Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
9 décembre 2007 7 09 /12 /décembre /2007 15:23
myspace1.jpgJ'ai dit non.
Je ne sais pas si je dois regretter, si c'est  le bon choix ou non. Mais j'ai vu, j'ai écouté et je me suis braquée.  Comme d'hab, sauf que là, j'étais presque prête à  céder à leur discours volontairement pessimiste, pour me faire peur peut-être. Pour me faire réagir, ça doit être ça.
Mais j'ai mal réagit, et au bout d'une demi-heure de parlote inutile je me suis dis, faut que je me barre. Diminuée, certes, amorphe et léthargique ok, mais dehors. Pas là, avec des tuyaux qui pourrissent tout le boulot en quelques mois, alors que ça fait 7 ans que je lutte contre mes formes.
Je me suis engueulée fort, avec mes parents, mes amis qui ne comprennent plus ce qu'il se passe dans ma tête, et mes soeurs qui sont larguées.
Oui, je leur fait du mal, beaucoup. Je sais. Trop longtemps qu'ils me suivent dans la descente. Ils ne peuventpas comprendre pourquoi je refuse l'aide que l'on me propose, pourtant de bonne foi.
Je ne sais pas trop moi même, je ne sais pas pourquoi le ton est monté dans le cabinet tout propre du médecin, je ne sais pas pourquoi je me suis barrée comme une furie. J'ai pas envie de me faire gaver.
Pas envie de recommencer une hospi. J'arrive déja pas à sortir de structure où je suis alors...
OUaip, je suis hospitalisée depuis le 28 mars. J'en suis malade. Et je régresse. Je le sais.
J'ai eu un rdv la semaine passée avec ma mére et toute l'équipe, et le discours est plutot négatif, et moi je suis blasée. Je me suis amusée à vomir tous mes repas et je ne prends pa correctement les [énooormes!] cachets de potassium, je sais pas, je sais plus, je m'en fous.
Je regarde mollement mon reflet pendant des heures, admire mon sternum, ma colonne vertebrale, mes côtes, mes joues. Je suis moche.
Je crois que je n'ai jamais été aussi loin. C'est pas tellement le poids qui descend, mais mon amaigrissement qui est plutot inquiétant. Moi je flippe, mais je continue. Pour voir. J'arrive pas à me fixer de limites, j'ai jamais su, et c'est pour ça que je nécessite une hospi; pour être en sécurité. Heureusement. Un cadre. Des barriéres, des règles. Sinon c'est le live complet.
J'ai passé mes dernières permissions à boire pour calmer les angoisses, comme avant. C'est décourageant de sans cesse retomber. On pourrait croire que c'est parceque je me laisse aller, que je fous rien pour changer les choses, mais personne comprend que tout ça me dépasse et que je ne suis pas apte à prendre des décisions pour moi. Retomber, encore, oui, ça me décourage. Oui, j'en ai ras le cul de voir tous ces autres qui vivent.
A force je deviens envieuse et j'ai horreur de ça. Et oui, ça fait 8 mois que je suis internée. Bientot un an.
No comment.
J'ai honte, j'ai si honte.
J'ai mal au ventre.
ça me lance, dans les tripes, loin...
Et dans la nuit....j'ai si froid...j'ai peur de me laisser aller à rêver des trucs tordus.
Parfois je me dis que ça y est, j'ai dépassé mes limites et que je ne suis même plus sur le fil, mais écrasée tout en bas.
J'ai besoin de bras,de chaleur, j'ai besoin qu'on me rassure, qu'on me dise que ça va passer, que je vais guérir, que tout ça n'est pas grave, que tout ça n'est pas vrai....

[Crying]

C'est lamentable.
T--l-photo005-copie-1.jpg




[Merci à pour vos mots...qui pansent mes maux...]

Partager cet article
Repost0

commentaires

Ankylosée 14/12/2007 22:08

C'est toute la complexité de cette maladie. Vouloir être sauvée, soutenue, dans la chaleur des bras et refuser ceux qui se tendent vers soi. Courir toujours plus vers sa perte en refusant tout ce qui pourrait, au moins ralentir la chute et ne plus être consciente, libre de ses faits et gestes.Tes mots ressemblent tellement à tout ce que j'ai pensé. Vécu. Je crois qu'il faut utiliser le passé. Bizarrement, sans qu'on sache pourquoi des barrières se brisent. Et les choses changent, un infiniment peu, mais tout de même. Je ne sais pas que te dire pour t'aider, pour te soutenir, pour te montrer autre chose. C'est tellement douloureux, oui, de retomber sans arrêt. de savoir aussi qu'on ne prend pas le bon sens, mais se voir le prendre tout de même...Complexe.On me disait de ne pas trop réflechir, de lâcher prise, de baisser la garde et d'accepter d'êtr aidée même si cela signifie prendre des chemins qu'on ne voulait pas au départ... Refuser le gavage, c'est une chose. Mais peut-être qu'il y a d'autres mesures à prendre pour te rattraper...Courage.

fred 13/12/2007 19:10

Bonjour Jolie Fleur,Tout d' abord, milles excuses pour mon silence, ces derniers temps , j ai eu la totale: problèmes de pc, de connexion dans le quartier, puis explosion de live box ensuite depart a l etranger.Bref, me revoilà . D' un côté je suis content de pouvoir te réécrire , de l autre si tu es encore sur ce blog , c est que les choses ne vont pas très bien pour toi..Je sais , c 'est un euphémisme.Je sais que ce que tu endures est assomant mentalement, mais reste lucide , car si tu laisse cette maladie prendre le dessus sur ton mental elle t emmènera vers des destination d' ou on ne revient pas. Et franchement , j 'ai pas envie de te voir partir pour ne plus revenir.C' est hors de question.C' est sur que ta famille autour subit les effets indirects de ce qui t affecte, mais ne te referme pas sur toi meme pour autant.La solitude n 'est pas vraiment une bonne solution pour se sortir d une mauvaise passe. Alors rappelle toi que l union fait la force.Ce n est pas toi qui fait du mal autres, mais cette maladie qui bouffe tout, jusqu au regard que tu as sur toi meme. Tu vois , jamais tu n as parle d une chose positive concernant ton physique, alors que l on pourrait t en citer une bonne centaine.Tu es maigre, la je ne t apprends rien, serait tu moins belle avec quelques kilos en plus ? certainement pas. Plus belle? peut etre.Mais le physique n arien a voir dans tout ça , peu importe , tu es comme tu es.Moi je pense que c' est quand tu es heureuse que tu es la plus belle .Rien ne vaut ton sourire et ce petit eclat de malice que tu as parfois au fond des yeux. Je sais , ils doivent se faire plutot rares en ce moment.Si ils etaient moins rares , ils n en seraient pas moins précieux...;-)Tu continues à descendre, pour voir ce qu il y a au fond? Je vais rassasier ta curiosité tout de suite: il n y a rien , il n y a pas de fond.La seule certitude c ' est que plus tu descends, plus ce sera long et difficile de remonter.Mais tu sais déjà tout ça: tes limites elles sont déjà dépassées.Mais souviens toi que rien n 'est irréversible.Tu n as pas a avoir honte de toi, rappelle toi qu on ne te juge pas.Jamais et personne.Tu es un quelqu un d' extraordinnaire, et de génial.Tu as toutes les capacitées pour t en sortir.Au fond de toi accepte l aide qui t 'est offerte par le système hospitalier.Même si ça te gave, essaie quand même, comme ça juste pour voir.On ne dit pas que c 'est impossible , si on a pas essayé , non? ;-)On tient à toi, pas en tant que malade , ou en tant que jolie jeune femme, mais simplement en tant que toi tout court.il n y a rien que l on ne ferait pas pour que tu ailles mieux et pour que tu sois enfin heureuse.Ne baisse pas les bras, car tu es peut être épuisée, mais tu es notre force à nous.J attends avec impatience le jour ou je verrais un post titré "guérie"Je vais trop vite? Je rêve tu vas me dire , et alors , je ne pense pas qu il y ait de plus beau rêve que celui là. Tu ne me manquerais pas moins si tu étais guérie.Je te souhaite beaucoup de courage et de persévérence.On  a rien sans rien, alors bats toi à fond , sans pitié, et sans limites.La maladie elle n 'en a aucune, alors ne lui fais pas de cadeau.Tu es de taille à l affronter, ça fait sept ans que tu le prouves.Tu la connais mieux que personne, attaque là ou elle ne t' attends pas.Tu en es largement capable.Je te laisse pour ce soir, Je pense à toi.fred

Calia 12/12/2007 23:12

En passant... je t'envoie du courage... je sais que c'est facile à écrire... et tellement dur à recevoir ou à accepter. Mais prends-le du fond du coeur. Tendres pensées.

Lisanka 10/12/2007 19:42

Euh non c'est pas lamentable, c'est le propre de la maladie! Je pense que l'amigrissement abolit ton discernement. Je sais que je n'invente rien en disant ça. Tu risques ta vie, tu le sais et en même temps ne le sait pas.Ecoute-les, ne t'écoute pas! Personne ne peut vivre ta vie à ta place! Ce qui est fait est fait! Se fair souffrir pour des souffrances passées, c'est vain!Tu as droit au bonheur. Beaucoup de bonnes choses t'attendent. On trouve aussi du plaisir à construire. Et je peux t'assurer qu'il est mille fois plus grand que celui de se détruire, de se creuser jusqu'aux entrailles!Ti n'y trouveras rien. Ni pureté, ni plénitude! que des os!Courage et crois en toi, relève la tête. Tu n'es pas qu'une malade, tu es une jeune fille pleine de qualité, une belle personne que j'aimerais, pour ma part, bien rencontrer!Bisous, Lisanka 

Laure 10/12/2007 19:08

Tu es magnifique et ça ne l'oublie pas, et tu serais certes plus belle avec quelques kilos en plus! Essaie de t'évader pendant un moment, pourquoi pas te prendre une petite semaine de vacances histoire de respirer de l'air frais et sain . Ne reste pas bloquée dans ton passé et dans ton devenir, le plus important c'est toi et toi au jour présent. Si aujourd'hui ça ne va pas, ça ira mieux demain...Il faut arrêter de se sentir bloquée dans ses sentiments et ses émotions, comme si elle n'allaient jamais changer.Comme si tu n'allais jamais changer. Ces 8mois d'hospitalisation n'auront pas été inutiles, franchement au fil du temps tu acquiers un autre regard sur la maladie. Oui bien sûr que tu as fait des progrès et ça surtout n'en doute jamais car le moindre petit pas ne doit pas être laissé pour compte. Tu as déja vu et connu tes limites, tu les as déja dépassé, la seule que tu n'a pas franchi c'est la dernière, la mort. Inutile. Et pas vraiment une limite...En espérant un renouveau, accroche toi à tes rêves et à tes passions, à tes amis, à ta famille. Profite de ta sortie pour redécouvrir les petits plaisirs de la vie. Et puis, petit à petit, l'incroyable pour toi arrivera. TU Y ARRIVERASJe t'embrasse et ne perds pas espoir, tu es belle tu es intelligente tu es gentille , fais une croix sur ton passé pour non pas l'oublier mais construire ta vie présente grâce à ce que tu as traversé. Car, oui les malheurs servent aussi à construire le bonheur.

*anorchidea*

  • : [La pÂleur mOntre JusQu'où le cOrps PeUt cOmprendRe l'âMe]
  • : Le pardon ne pouvant s'envisager, seule une vengeance violente, une décharge de tout ce qu'il y a de mauvais, malsain, au plus profond du subconscient, pourrait permettre de ne plus penser aux noirs souvenirs qui gangrènent ma chair me rendant chaque jours un peu plus malade. Mes pieds s'enlisent, mon esprit les suit. Je me perds. L'anorexie fait partie de ma vie depuis trop lontemps.
  • Contact

Des visites...

Recherche

Au Grenier