Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
5 juin 2008 4 05 /06 /juin /2008 14:53


Je n'ai plus le temps...Tout passe à un rythme effrené, je n'arrive plus à gérer, c'est un vrai bordel, je ne m'y retrouve plus, tout arrive en même temps...Et mon poids putain, putain de poids!
Hier j'ai été voir mon médecin généraliste, il m'a dit que j'avais grossi. J'ai eu beaucoup de mal à feindre un sourire de contentement...Sa phrase m'est restée dant les tempes et je n'ai rien pu avaler depuis. Objectivement, il a raison puisque je l'ai vu à 38 kilos la derniére fois et que j'en suis à 40.7 kg aujourd'hui...mais. J'avais pas envie de voir. Encore moins qu'on m'en fasse la remarque. Mon IMC se stabilise entre 13 et 14.
Mais ces chiffres ne veulent plus rien dire pour moi. Et puis avec un certain recul, j'y réfléchis et me dis qu'il y a pire. Mieux aussi, mais bon, disons que je suis à la limite.
Alors j'ai encaissé avec un sourire forcé. J'ai senti les larmes monter, mais je ne voulais pas. Pas devant lui, pas dans la rue, pas devant tout le monde. je voulais juste me  retrouver avec moi-même pour me flageller tranquillement. Je me suis insultée, fait les 100 pas dans la cour, mes lames ont été confisquées et j'ai dû faire sans, j'ai cru que la crise ne s'arrêterait jamais, j'étais prise en otage par l'Angoisse sans pouvoir m'en échapper. J'ai cru que j'allais crever. Et puis mon coeur qui s'agite. Abruti.

Mis à part ces quelques troubles persistants je crois que je vais mieux, m'accorde quelques plaisirs, souris franchement avec mes amis, regarde l'avenir en rêvant des multiples vies que j'aimerais vivre. Ne me réveille plus au milieu de cauchemars absurdes.
 Je me prends de grosses claques dans la gueule et ce n'est pas facile, mais ça évolue, ça change, et ça avance. Et c'est bon.

Je sature à l'hôpital mais ils disent que je ne suis pas encore prête à en sortir. J'ai eu envie de leur dire "mais putain quand-est ce que vous allez me lâcher hein?"
Genre c'est de leur faute. Il est beaucoup plus facile de trouver un coupable. Alors que ma sortie ne dépend que de moi. Je le sais. Même si ce n'est pas qu'une question de volonté, faudrait peut être ue je coopére.

Et prendre tous les repas avec les autres m'emmerde profondément. Les questions fusent "ah ba t'as pas faim?" "ah t'as encore rien mangé!""tu devrais ça te ferait du bien"
Qu'est ce que ça peut leur foutre ce que j'enfile sur ma fourchette? J'essaie de répondre avec humour et détachement, mais en vrai j'aimerais me terrer sous la terre en pleurant. Les voir manger avec plaisir me renvoie à mes troubles. Je les regarde, ça a l'air bon. Et je ne suis pas capable de faire pareil. J'ai l'impression que je ne saurai jamais le faire.
Et puis les infirmiers...des fois j'arrive à négocier pour aller manger dans la salle d'à côté mais c'est rare et je suis obligée de me mettre à table. Tout cette abondance de plats en sauce m'écoeure et la nausée monte, mais je suis obligée d'assisiter à ce spectacle, qui m'incommode plus qu'autre chose, même si j'aime voir les autres manger...
Sinon j'ai plein d'autres trucs à écrire, mais je manque vraiment de temps et ça m'enerve de ne pas pouvoir écrire réguliérement. Mais c'est de ma faute aussi, je leur ai fait la misére cette semaine et j'ai eu beaucoup moins de liberté...

Merci à tous de me suivre.
Je pense à ce lieu tout le temps. Vous lire me manque.

Pic: Wang Yan-Cheng.
Partager cet article
Repost0

commentaires

sand 08/06/2008 14:24

hold on beautiful...

Liza Peninon 08/06/2008 03:07

Ma puce, ma petite orchidée, mon amour de soeur de coeur, je vais pas bien, mais je t'écoute, je t'écoute tellement, dans tes mots, entre tes mots, dans tes silences qui résonnent comme un cri qui me déchire, me lacère, me transperce le coeur . tout ce que tu m'as écrit, c'est trop vrai, t'as tellement raison, putain, pourquoi on devrait souffrir et crever pour ou à cause des autres ? On a assez souffert comme ça bordel . J'ai jamais utilisé le mot mange parce qu'il me terrifie . Mais je t'en supplie, au nom de la tendresse et de l'amour que j'ai pour toi, E., bats-toi en lâchant prise, moi aussi je suis une bête sauvage, c'est de leur faute, à tous ces en... foirés ... les prédateurs, mais t'as raison, on en a rien à battre, alors faut apprendre à s'accepter ... à s'aimer, c'est un truc de ouf pour nous tellement c'est dur, putain de kilos, des fois je me dis mais comment tu me trouverais si tu me voyais ... et puis j'ai ta voix qui me dit que toi tu m'aimes pour ce que je suis, moi aussi tu sais j'ai toujours refusé de saisir les mains tendues, et puis il y a eu Didier, qui m'a prise sous son aile, et puis toi, que j'aime tellement fort que j'ai envie de le hurler, pour que tu vives ta vie, elle est à toi ... et puis Didier t'a prise aussi sous son aile, on est soudés, tous les trois, y'a que l'Amour le plus pur qui soit dans tout ça, je voudrais te donner tout ce que je n'ai pas, pour que tu sois TOI, toi, si belle, si grande, si TOUT à la fois, putain t'as un talent dingue, si j'avais qu'un seul rêve, ce serait qu'on écrive à deux, ou toi tu peins et on alterne, j'ai calculé mon IMC d'avant, pardon de te dire ça mais j'ai trop peur pour toi et Didier aussi . Mais t'as 2 personnes qui croient tellement en toi, ce lien-là c'est pour toujours, ma petite soeur d'amour, plus mature que moi quand je vais mal, plus courageuse, plus forte, te fais plus jamais de mal, ma puce, j't'en supplie, à genoux ... et même que j'ai tellement poussé mon corps que pour relever sans muscles c'est la galère et des fois j'en pleure de rage, en secret, je veux pas que ça t'arrive, si tu dois passer par les étapes nécessaires j'ten supplie fais-le, je serai là tout le temps, à chaque instant, ma main dans la tienne, je te serrerai dans mes bras sans te faire de mal, et tout ira bien, on s'écoutera nos musiques, celles qui nous transcendent, on y arrivera, on sortira, je te le jure, Didier est assez courageux pour nous soutenir toutes les deux, parce qu'il a eu sa part de souffrance, et parce qu'il est hypersensible et plein d'Amour . Pardon ma puce, j'ai pas les mots, j'me relirai pas, t'es tellement belle, t'abîme plus, plus jamais, JE T'AIME FORT FORT FORT, des millions de tendres bisous, je suis là, j'te lâcherai jamais, t'es mon amour de soeur, t'es tellement dans mon coeur, si je pouvais je le hurlerais à la terre entière ... !!!Ta Liza forever

didier 07/06/2008 17:17

merci beaucoup de ta réponse j'en ai eté tres ému je t'envoie tout mon courage et ma liberté de vivre je ne juge jamais j'essaie tout simplement d'aimer et toi je t'aime parceque tu pourrais etre ma fille et que je veux te sauver par tous les moyens je ne suis surement pas  comme les autres j'ai eu un vécu difficile  mais aujourd'hui je dédie ma vie a aider les autres et nottament toi petite orchidée de mon coeur je t'envoie de gros bisous de soutien compte sur moi je serais toujours avec toi    didier

Ankylosée 07/06/2008 17:07

Tu ne peux pas savoir ce qui se serait passé, ailleurs. Parfois les lieux ne changent rien. Tu es encore pas mal en rebellion face à l'aide clinique. Malgré toi, en partie, certes. Mais ailleurs, aurait-ce été autrement ? Avant tu n'aurais peut-être pas été capable d'accepter l'aide, puisque tu ne t'estimais pas malade. Souvent on se dit "et si ?" pour ne pas regarder ce que l'on a entre les mains. Evidemment, rien n'est facile.Mais aujourd'hui, rien n'est perdu. Et l'hopital portera peut-être ses fruits. Peut-être pas tout de suite. Mais qui peut savoir. Courage pour l'attendre du 18 et pour le 18.Belle fin de week-end.

orpheeline 07/06/2008 15:40

tes mots sont toujours si chers à mon coeur, tu as raison, tellement raison que ça fait mal?Je vais mieux, globalement je veux dire, en rapport avec il ya quelques mois, objectivement je vais mieux mouep.J'ai pris (beaucoup trop) du poids, je retourne dans "la normalité" par crise boulimique, alors est-ce une vraie amélioration?Ce servrage de tout est flippant, plus de medocs, plus de vols, plus de lames... j'en suis au point où le manque est tel que la rechute est proche, mais je me dis que c'est comme pour la clope, même s'il y a rechute, c'est un pas de plus vers la délivrance...je veux être addict à l'amour plus à la mort...Merci pour tes mots, lily a raison, doucement mais surement...un jour promis, un jour nous irons toutes ensemble sur les champs élysées pour s'enivrer de joie et de bonheur, toutes ensemble, toi et tes fidèles lectrices, nous nous promenerons en dégustant un sorbet et nous serons bien, tellement bien et la vie sera aussi rose que le message de Lily...

*anorchidea*

  • : [La pÂleur mOntre JusQu'où le cOrps PeUt cOmprendRe l'âMe]
  • : Le pardon ne pouvant s'envisager, seule une vengeance violente, une décharge de tout ce qu'il y a de mauvais, malsain, au plus profond du subconscient, pourrait permettre de ne plus penser aux noirs souvenirs qui gangrènent ma chair me rendant chaque jours un peu plus malade. Mes pieds s'enlisent, mon esprit les suit. Je me perds. L'anorexie fait partie de ma vie depuis trop lontemps.
  • Contact

Des visites...

Recherche

Au Grenier