Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
9 juin 2008 1 09 /06 /juin /2008 10:51
# Vendredi 6 juin

Nous voila arrivés à la permission,j'ai l'impression de l'avoir attendue une eternité...le temps m'a paru si long...sans pause.
Je suis fatiguée mais animée tout de même, j'ai hâte d'aller voir mon papa et de l'aider pour les travaux de la maison. Je veux qu'il s'y sente bien et que son environnement lui plaise, puis comme j'aime la déco...cest un plaisir.
A l'hôpital ils m'ont aussi passé une commande pour la salle de vie, j'ai trouvé ça chouette. Et au C.M.P ils m'ont proposé d'exposer mais bon, je doute que les patients fassent gaffe aux peintures dans la salle d'attente. Genre moi, quand j'attends ma psy je compte tous les carreaux du carrelage. Faut que je me concentre sinon  je laisse place au stress et j'ai l'air d'une bête de foire^^.
J'ai tant attendu ce week end, pour avoir le temps d'écrire , de lire, de peindre, de jardiner -si le temps le permets merci- ,de prendre des photos...de bouger, d'aller voir des gens.
Même si je me sens plutôt bien je sais que la bête me guette, et que je m'enfermerai volontiers chez mon pére, en proie au mutisme et aux obsessions.

#Lundi 9 juin

J'ai passé un excellent week end, seule avec mon père. Ce fut bref mais intense...on est allé voir un championnat de moto cross à la mer, j'ai pris des centaines de photos, des coups de soleil aussi :). Et volé des instants de pur plaisir.
"Je suis sur que ça te ferait du bien de manger une bonne fois pour toutes".
Si tu savais Papa...ça m'arrive parfois de manger une bonne fois pour toutes. Et ça finit aux chiottes. Hocquetant difficilement pour tout éliminer, les larmes brûlant mes joues.
Je rentre demain matin à l'hôpital. J'ai un rdv important avec la psychiatre en chef; d'une part pour tenter de baisser mon traitement qui commence à me peser sérieusement  et d'autre part pour lui dire que manger avec les  autres patients m'angoisse de plus en plus. Les remarques fusent et je n'ai plus épaules assez solides pour répondre sans me braquer...ça me fait  juste mal, ça me renvoie mes difficultés en pleine gueule et je n'ai qu'une envie c'est de foutre en l'air mon assiette et de me barrer très loin. Ce qui n'est que fuir, une fois de plus, je sais. Je sais aussi que si je prends l'habitude de manger seule voire de sauter le repas, j'aurai de plus en plus de mal à faire des efforts et rester à table.
Si vous saviez comme j'en ai marre de parler de bouffe.
Ma psy m'a dit, "pourquoi ça vous angoisse autant de manger avec d'autres personnes? Si je pouvais je viendrais manger avec vous pour voir comment ça se passe". Cela fait 3 ans qu'elle me suit. Ou 4, je ne sais plus. Je sais qu'elle viole parfois l'éthique pour me rassurer, et qu'elle veut que je me sorte de ce trou à rats. Ces entretiens sont hyper importants pour moi, pour mon évolution...et puis j'apprécie l'attention qu'elle me porte, et la tendresse qu'elle met dans son discours de thérapeute.
La psychiatre m'a dit qu'elle avait s'était permis des choses que nimporte quel soignant ne peut pas faire. Réference à sa main posée sur ma cuisse, un sourire rassurant pour me dire, "faites nous confiance, s'il vous plait. Laissez nous vous soigner, il le faut. Regardez moi ces cuisses de poulet! Vous  allez tomber si vous continuez à vous braquer. Sérieusement." Ce jour là elle s'était mise à mes côtés, et non derriére son imposant bureau. Je me suis sentie bizarre....j'ai du mal à recevoir des marques de tendresse, mais j'avais tellement besoin de me sentir soutenue...j'ai apprécié son geste.
Et puis. Je sais que je recherche des mamans partout. J'ai toujours cherché cette relation de protection, de sécurité, forte et sincére. Que ce soit avec mes profs, avec les médecins, mes employeurs. Ce qui ne m'a pas toujours aidé et parfois vraiment posé problème; on ne mélange pas boulot et les trucs perso, ça n'a pas sa place...je ne peux pas m'en empêcher.

J'ai tellement peur que l'on me laisse, qu'on se lasse de moi et qu'on m'abandonne. J'ai besoin d'un filet de sécurité, j'ai besoin qu'on me porte de l'attention, que l'on me tienne la main. J'ai beau faire la rebelle derrière mes mots crus et mon attitude caracterielle...Aimez moi!

J'ai entrepris de nouvelles peintures, recommence à m'interesser aux diverses expos, dévore une multitude de magazines tous plus interessants les uns que les autres. Me remets à parler. A sourire. A m'habiller avec d'autres couleurs que le noir et le kaki. Penser à l'avenir le sourire aux lévres et une nouvelle confiance.

Je commence à apprécier, aimer, m'exposer au plaisir.
A m'accorder des choses agréables et non nocives.
Quelques problèmes d'ordre ethyillique persistent, mais. Le soleil est là.
Et je m'en délecte.

Je crois que l'on peut s'en sortir.
Peut être pas complétement. Mais (re)découvrir la vie avec une certaine exaltation, redonner à la passion sa place, au plaisir son intensité...c'est déja beaucoup. Et ça change tout. C'est un discours banal et qui n'accorchera pas forcément, je ne détiens pas la clé, mais c'est rééllement ce que je ressens.

Courage...et merci.

Partager cet article
Repost0

commentaires

kim 15/07/2008 22:35

je viens de découvrir ton blog et je voudrais te remercier pour les dernier mots de ton article. Si tu y crois je peux y croire. Je sais que c'est stupide comme raisonnement mais lire quelqu'un qui parle d'espoire malgrés tout ce que tu as vécu... Merci J'espere que tu t'en sortira de tout mon coeur. courage et bonne continuation

Lou' 02/07/2008 11:08

Je suis tombée sur ton blog totalement par hasard.Je trouve tes paroles poignantes. Elles me font un noeud dans le ventre, me serrent la gorge..J'aime énormément ce que tu fais.& je voulais te demander la "permission" d'ajouter ton blog dans mes liens.Plein de courage pour toi.Bisou.Lou'.

Andonia 16/06/2008 15:39

Courage ma belle... Accepte l'aide qu'on te propose, tu as du talent et plein de belles choses à vivre dans le futur, ne laisse pas tes troubles détruire tout ça... J'espère que tu prends soin de toi... Gros gros bisous et mille pensées

Anorchidea 15/06/2008 13:26

Sur le fil, j'ai effacé ton commentaire par mégarde je suis désolée...Je voulais te dire que j'étais d'accord avec toi, ce n'est pas en étant la plus malade, la plus maigre que les gens nous aimeront plus, mais par l'aboutissement des projets, de la création...En étant nous même. Pour l'instant ça reste de la théorie mais j'aimerais le mettre en pratique assez rapidement ;)Merci pour les peintures, c'est vrai que cette salle d'attente n'est pas très attrayante.a bientôt

didier 14/06/2008 19:42

anorchidea j'adore tes peintures je te jure elles me parlent bon dieu qu'attends tu pour travailler avec moi j'écris sur tes peintures et on fait un tandem d'enfer s'il te plait ne me ferme pas la porte je t'adore je t'aime comme un pere énormes bisous  didier

[AnO]rchiDeA 15/06/2008 13:23


Tu peux te servir de mes peintures Didier, autant que tu le souhaites. Merci pour le compliment ;)
J'espère en remettre d'ici peu, et puis de toutes manières je retourne en fac d'arts pla à la rentrée prochaine...ça m'enchante.
je t'embrasse bien fort.


*anorchidea*

  • : [La pÂleur mOntre JusQu'où le cOrps PeUt cOmprendRe l'âMe]
  • : Le pardon ne pouvant s'envisager, seule une vengeance violente, une décharge de tout ce qu'il y a de mauvais, malsain, au plus profond du subconscient, pourrait permettre de ne plus penser aux noirs souvenirs qui gangrènent ma chair me rendant chaque jours un peu plus malade. Mes pieds s'enlisent, mon esprit les suit. Je me perds. L'anorexie fait partie de ma vie depuis trop lontemps.
  • Contact

Des visites...

Recherche

Au Grenier