Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
27 juin 2008 5 27 /06 /juin /2008 13:15

.

Je n'ai pas le temps d'écrire des masses. Vôtre soutien m'apporte vraiment beaucoup et  la semaine internet me manque, même si , objectivement, c'est surement mieux comme ça. C'est la seule fenêtre que j'ouvre sur le monde, avant de rabattre les volets.
Je  me suis coupée du monde.
Volontairement, ou non. Mes amis sont à mes côtés et me suivent depuis tellement d'année que j'en suis admirative, et presque gênée. Je suis devenue sauvage, ne supporte plus la compagnie des autres. Je ne veux plus les entendre, je ne veux plus de leurs paroles qui m'écorchent la chair un peu plus chaque fois. Les" tu pourrais manger quand même" sont très mal venus. De la part des patients, c'est assez agaçant. Qu'est ce qu'ils en ont à foutre de me voir avaler 3 petits pois de plus, hein?

J'ai peur de l'avenir, peur de demain. Mais il faut que j'avance, coûte que coûte, cette situation ne me plaît pas, dailleurs je l'exècre. Je voudrais me piétiner, me foutre des tartes, me faire mal, pour me sentir vivante. Parcequ'il n'y a que comme ça que je me sens animée par la vie. Et seulement dans ces moments là où je suis forte, assez pour faire bouger les choses et me mettre un coup de pied au cul. Dommage que cela concorde avec le mode restriction absolue.


J'ai un entretien d'embauche lundi pour un ptit job d'été.
Mais on m'a froidement rappelée que dans deux semaines je serai alitée dans le pays des fées evanescentes, tristes et pleines de cicatrices. Moi je ne veux pas, je ne veux plus, je ne veux plus y aller.
Je veux retrouver ma vie.
Juste ma vie.

Mais.
Il y a toujours ce putain de "MAIS".
Il serait objectivement plus raisonnable d'aller à l'hopital.
Raisonnable.
Je crois que je vais y aller, et ne pas lâcher le morceau. Au pire, je la differerai. J'ai besoin de tune pour mes vacances, pour payer les frais de l'hospi, pour remplir mon découvert et arrêter de devoir faire la morte quand le banquier m'appelle. Alors je me dis que travailler me ferait certainement du bien, parceque me retrouver en milieu ordinaire ne peut qu'être positif. Et en plus, ça m'enlèverait une angoisse massive quant à ce découvert sans fond qui m'empêche d'aller retirer ne serait-ce que 10 euros.

Je ne sais pas choisir. Alors je crois que je vais faire les deux.

J'ai peur qu'ils m'obligent à y aller. J'ai peur de ne pas avoir le choix. J'ai peur de dire "non" parceque je serai mise à la porte, faute de contrat non respecté. J'ai signé un deal au début de l'hospi. Si je dérape, je sors. J'ai la tête enserrée dans un étau puissant.

Mais malgrè ces petits points abscurs...je vais bien.
Je me sens bien, vraiment. Mis à part les angoisses, franchement, j'arbore le sourire avec fierté.^^

Partager cet article
Repost0

commentaires

Liza Peninon 28/06/2008 03:20

Ma puce chérie, N'Y VAS PAS ! Il faut que tu retournes dans la vie, ce putain de mur de béton que t'as en face de toi, c'est pas la bonne solution, pas pour TOI !!! Je ressens tellement fort ce que tu ressens, comme si j'étais à l'intérieur de toi, de ton esprit, de ton coeur, de ton âme . Aller à l'hosto dans de telles conditions, comme on va à l'abattoir, c'est carrément PAS POSSIBLE, BORDEL . JE VEUX PAS QU'ON TE FASSE SUBIR TOUT CA, et que ça te détruise complètement . Je te parle à coeur ouvert, je crois en toi, je sais que tu peux y arriver seule, j'ai pas la science infuse, mais ce genre de méthode c'est pas  pour toi . Reprendre la vie à bras-le-corps, la laisser à nouveau entrer en toi, reprendre ton souffle, respirer à plein poumons, te remettre debout VRAIMENT, en apaisant angoises et souffrance atroce qui te rongent, pour toi la solution salvatrice c'est CREER, PEINDRE, PEINDRE et encore PEINDRE, ECRIRE, LIRE, RECEVOIR TOUT L'AMOUR QUE TU MERITES ET DONT TU MANQUES SI CRUELLEMENT, TU SAIS COMBIEN JE T'AIME, JE TE SUIS PAS A PAS, J'AI PAS BEAUCOUP DE FORCE MAIS DE L'AMOUR J'EN AI A REVENDRE, surtout pour TOI, TOI QUE J'AIME SI FORT, DE TOUT MON COEUR, DE TOUTE MON ÂME, JE T'ABANDONNERAI JAMAIS, TU LE SAIS, ET DIDIER NON PLUS . TU ES TOI, TU EXISTES, TU COMPTE TELLEMENT POUR MOI, POUR NOUS, PRENDS MA MAIN, VIENS DANS MES BRAS, ON VA Y ARRIVER, JE TE LE PROMETS . TANT PIS SI PERSONNE COMPREND, MOI JE SAIS CE QUI EST BON POUR TOI, ET CE QU'IL TE FAUT SURTOUT PAS . DE LA DOUCEUR, PAS DE LA VIOLENCE . JE TE VEUX DEBOUT, MA JOLIE PETITE ORCHIDEE DE MON COEUR, JE TE VEUX TOI-MÊME, VIVANT VRAIMENT, T'AS TELLEMENT DE CHOSES A EXPRIMER, ALORS LANCE-TOI, ET VIS, VIS ! REVIENS, ET ACCROCHE-TOI . Je suis avec toi sans cesse, j'ai bien senti avant de te lire ce qui se passait en toi, je savais, alors CROIS EN TOI, NOUS ON CROIT EN TOI, ET ON T'AIME . JE T'AIME DE TOUT MON COEUR, MA PETITE SOEUR .Ta Liza forever ( crying )

dIdier 28/06/2008 02:52

ANORCHIDEA  courage je t'aime    didier de xian

mamzell B. 28/06/2008 00:35

si je peux donner mon humble avis... Je pense que tu devrais bosser, te "remettre" dans le monde. Je ne suis pas sûre que l'hospitalisation soit une bonne option en ce moment vu ton etat d'esprit, ca risque de te couper encore plus du monde, de TA vie... Mais ce n'est que mon avis... A toi de voir !! courage... Je t'embrasse de tout mon coeur...

Emy 27/06/2008 19:33

Si tu te sens vraiment capable physiquement d'assumer un job d'été, fais-le. Si tu arrives à éponger ce découvert, tu auras la tête un peu plus libre pour l'hospi. Explique tes motivations pour repousser l'hospi, c'est à toi de prendre les décisions. On peut t'orienter dans un choix mais c'est toi qui est maître de ta vie. Je ne savais pas qu'à St Vincent, il y avait un contrat de poids. Je n'ai toujours pas de nouvelles pour mon hospi au CITD. C'est stressant. La psychologue m'a expliqué un peu comment se déroulait une hospi. Je sais qu'il n'y a pas de contrat de poids. D'ailleurs, le psychiatre m'avait dit la dernière fois qu'on irait à mon rythme pour que j'accepte de reprendre du poids (on a quand même convenu d'un poids acceptable). Il y a aussi une pesée 2 fois par semaine. Pour les repas, c'est comme un self : tu te sers seule. Ca commence par une phase d''observation pour les repas et après, je suppose que les médecins réorganisent les quantités. Après manger, il faut rester un moment dans sa chambre. Sinon, le reste de la journée, il y a des activités, de la kiné... Voilà, ce que la psy m' a expliqué. Théoriquement, j'y vais pour une évaluation. J'espère y aller avant mi-juillet car après ma psy est en vacances. Et comme je lui fais confiance, je préfère qu'elle soit là. Maintenant, je n'ai plus qu'à attendre une date, en espèrant que le psychiatre ne m'oublie pas. Je te dis ça, mais je sais que lorsque j'aurai une date, je vais y aller en reculant. A bientôt

Ankylosée 27/06/2008 13:39

C'est à  double tranchant. Cette nouvelle hospitalisation peut être un tremplin, vers plus de vie. Mais si tu n'y mets pas du tien, cela peut virer à encore des mois à ajouter aux précédents. Mais objectivement, tu as besoin d'aide. Crois tu vraiment que tu es en état, physiquement de travailler ? Vraiment. Avoir envie, oui. Mais il faut s'en donner les moyens. Et là, ç passe inévitablement par la santé physique. Ca aide à soigner la tête, les projets, mais il faut en avoir les forces, aussi. Rien n'est simple. Mais tout est possible.Coourage

*anorchidea*

  • : [La pÂleur mOntre JusQu'où le cOrps PeUt cOmprendRe l'âMe]
  • : Le pardon ne pouvant s'envisager, seule une vengeance violente, une décharge de tout ce qu'il y a de mauvais, malsain, au plus profond du subconscient, pourrait permettre de ne plus penser aux noirs souvenirs qui gangrènent ma chair me rendant chaque jours un peu plus malade. Mes pieds s'enlisent, mon esprit les suit. Je me perds. L'anorexie fait partie de ma vie depuis trop lontemps.
  • Contact

Des visites...

Recherche

Au Grenier