Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
4 août 2008 1 04 /08 /août /2008 00:09
Aujourd'hui tout s'est bien passé.
Mes amis sont venus...je crois qu'ils ont appréciés. Ils avaient l'air content.
J'ai eu des remerciements.
Ça m'a fait plaisir.
J'ai tout rangé. J'ai vaguement regardé la télé, tenté de lire.
Mais il y avait des restes qui me narguaient, ça a fini en crise. C'est nul.
C'est vraiment nul.
J'aurais du tout jeter, je le savais en les mettant au frigo!
Et d'abord, pourquoi je les ai pas balancé puisqu'objectivement c'était des plats que je n'aurais jamais avalé en temps normal, bien qu'inconsciemment
je n'y ai mis aucune particule de gras...
Sale maladie de merde.
Déjà en les préparant  j'avais songé -très vaguement- à une éventuelle crise, un fragment de seconde.
Putain.
J'essaie de me consoler en me disant que je n'ai plus rien dans le bide à présent, juste la solitude.
La conclusion c'est que je ne suis pas foutue de rester seule plus que quelques jours, ça part tout le temps en vrille, je me monte la tête et...
Je ne sais même pas pourquoi je crève d'envie de pleurer, mais même ça je n'y arrive pas. Non j'ai tellement maigri ces derniers temps, faut croire qu'elles se sont barré avec, à force de perdre toujours un peu plus, fallait s'y attendre.
Et puis je suis là comme une grosse conne, j'ai honte d'écrire ça je vous jure, mais il n'y a qu'ici que je peux le balancer. A qui en parler, hein?
De toutes manières ça emmerde tout le monde d'écouter des jérémiades stériles qui n'ont pas lieu d'être.
C'est peut être ça le pire, de n'avoir aucune raison d'être remplie de douleur qui va jusqu'à nous donner la nausée. Cette douleur injustifiée, invisible aux yeux des autres. J'ai tout pour être heureuse.
Dans ma tête ça prend une toute autre tournure. Je me sens si sale si vous saviez...Quand les médecins me tirent les vers du nez, quand ils me cuisinent pour que je leur parle de toutes ces choses que j'ai fait dans le passé...quand ils s'acharnent en me disant qu'il faut que ça sorte, quand ils me sortent, à défaut de ma coopération, toute cette paperasse qui retrace mon histoire, qu'ils me braquent sous les yeux, ça me donne la gerbe, vous comprenez, je peux même pas me regarder en face.
Ca ne me quitte jamais, jamais. Je me lève avec me couche avec, et tous les cachetons que j'avale ne me font même pas dormir.
Ça finit toujours pas me rattraper, quoi que je fasse. C'est à cause de ce corps, là...Il porte toute les traces. Elles ne sont pas visibles. Elles sont enfouies à l'intérieur, il n'y a que moi qui en ai connaissance. Ça me donne mal au ventre rien que d'évoquer toute cette merde.
Et puis je ne sais pas pourquoi j'écris tout ça.
Juste que dès que je me retrouve seule, tout remonte. Il faut que je m'occupe pour ne pas penser.
Mais quoi, il va falloir que je trouve des échappatoires toute ma vie?
Non, il va falloir que...que je parle.
Que je dise tout, une bonne fois pour toutes. Avec tous les détails croustillants de ma déchéance, avec tout ce qu'il faut de sexe, de drogues, d'alcool. Sex, drugs and Rock'n roll. C'est bien ça ouais.
Si je veux faire peau neuve, il va falloir que je leste tout ça...
Parce que j'ai l'air de rien vautrée dans mon canapé à pleurnicher dans le noir.

Je m'arrête là. Je ne suis pas fière. Vraiment pas fière.

Instable m'a t-on dit.
On l'est toute sa vie? Tout sa vie on doit lutter contre ses penchants?

J'aurais preferé écrire des choses...enfin continuer sur ma lancée, c'était bien plus plaisant. J'étais presque fière tiens...
Mais je le ferai, un peu plus tard, hein?
Disons que c'est juste un coup dur.
Partager cet article
Repost0

commentaires

alice 20/08/2009 19:58

"j'ai tout pour être heureuse" c'est ce que je me dis en ce moment, car tout me sourit. Je ne vais pas te raconter ma vie mais j'ai aussi le sentiment d'avoir tout pour réussir, et ce n'est pas qu'un sentiment mais une réalité. C'est comme quand on est entouré d'amis, ça n'empêche pas de se sentir seule...On est jamais réellement seule si on prend la peine d'ouvrir les yeux. C'est dur. La réalité, même positive ça fait peur, parceque quand on va enfin mieux c'est le bonheur qu'on ne supporte plus parceqsu'il est devenu un étranger saugrenu, un intru à exterminer. Mais c'est l'autodesctruction qu'il faut insectiser. Parce que si on la laisse déployer ses tentacules même les plus beaux évenements ne suffiront plus à nous permettre d'aller mieux, chaque moment qui pourrait faire sourire devient insipide. Vivre. Comment? S'il y avait un mode d'emploi... ça devrait être inné de "savoir vivre"(j'endends normalement sans névroses qui pourrissent en nous),un réflexe auquel on ne pense pas, comme respirer. Mais quand le coeur s'essoufle, même respirer n'est presque plus un réflexe moteur, on le ressent, on l'éprouve. je voulais te remonter le moral, t'apporter ton soutient, et la je suis déprimante à souhait. Trop d'empatjie désolé. Garde l'espoir. Croire en la guérison c'est la faire exister, et donc la rendre possible  =) bises la miss

alice 20/08/2009 19:58

"j'ai tout pour être heureuse" c'est ce que je me dis en ce moment, car tout me sourit. Je ne vais pas te raconter ma vie mais j'ai aussi le sentiment d'avoir tout pour réussir, et ce n'est pas qu'un sentiment mais une réalité. C'est comme quand on est entouré d'amis, ça n'empêche pas de se sentir seule...On est jamais réellement seule si on prend la peine d'ouvrir les yeux. C'est dur. La réalité, même positive ça fait peur, parceque quand on va enfin mieux c'est le bonheur qu'on ne supporte plus parceqsu'il est devenu un étranger saugrenu, un intru à exterminer. Mais c'est l'autodesctruction qu'il faut insectiser. Parce que si on la laisse déployer ses tentacules même les plus beaux évenements ne suffiront plus à nous permettre d'aller mieux, chaque moment qui pourrait faire sourire devient insipide. Vivre. Comment? S'il y avait un mode d'emploi...ça devrait être inné de "savoir vivre"(j'endends normalement sans névroses qui pourrissent en nous),un réflexe auquel on ne pense pas, comme respirer. Mais quand le coeur s'essoufle, même respirer n'est presque plus un réflexe moteur, on le ressent, on l'éprouve.je voulais te remonter le moral, t'apporter ton soutient, et la je suis déprimante à souhait. Trop d'empatjie désolé. Garde l'espoir. Croire en la guérison c'est la faire exister, et donc la rendre possible  =)bises petite orchidée, j'ai vu tes photos et tu es une bien jolie fleur, malgré tes pétales à peines ouvertes

Lou 07/08/2008 22:35

Pour répondre à ta question : j'ai tout essayé avec mon frère.Je l'ai appelé, mais il me raccrochait au nez (pour être polie) dès qu'il entendait mon prénom. Je lui ai écrit des messages, je ne sais même pas si il les lisait. Il me semble qu'un jour je lui ai bloqué le passage et lui ai demandé de m'expliquer. Mais ça fait tellement longtemps tu sais, que ça devient flou. Je ne sais plus à quand remonte ses derniers mots. Il est vrai que parfois je ne me laisse plus faire, je ne me laisse pas bousculer dans les escaliers, je l'insulte quand il me ferme la porte au nez. Et je m'en veux après. Mais c'est juste que c'est dur de se faire ignorer si longtemps, et par son frère; Mais bon, "c'est la vie", c'est comme ça. Je n'espère plus rien de lui. Je suis sûrement fautive, lui aussi, et mon père également. Les histoires de famille.. c'est fou ce que ça peut engrenger comme problèmes..Encore plein de courage, je crois en toi, et je ne suis sûrement pas la seule. Mais TOI aussi, tu devrais croire en TOI.bisous.

Lou 07/08/2008 16:11

Ne t'en veux pas.Même si je sais que c'est difficile. Presque impossible, du moins au début. Mais c'est "normal", cette lutte intérieure ne se finit malheureusement pas quand on décide qu'on veut en finir. C'est même pire peut-être.. On veut dire MER*E à cette voix une fois pour toute, mais ce petit esprit invisible ne l'entend pas comme ça.  En voulant GUERIR, on le contrarie, et il devient encore plus fort. Du moins c'est comme ça que je le perçois, que je le ressens.Plein de courage pour toi. Tu vas y arriver, parce que tu es belle, douée, parce que tu es TOI et que tu m'as l'air d'être quelqu'un de "génial" ( mot assez vide de sens peut-être, si banal, mais c'est le premier qui me vient à l'esprit)bisous

didier 06/08/2008 21:37

nous erspéronzs pouvoir renier un dialogue constructif je vais en paler sétieusement avec liza take care pussy goodbye trevor didier

*anorchidea*

  • : [La pÂleur mOntre JusQu'où le cOrps PeUt cOmprendRe l'âMe]
  • : Le pardon ne pouvant s'envisager, seule une vengeance violente, une décharge de tout ce qu'il y a de mauvais, malsain, au plus profond du subconscient, pourrait permettre de ne plus penser aux noirs souvenirs qui gangrènent ma chair me rendant chaque jours un peu plus malade. Mes pieds s'enlisent, mon esprit les suit. Je me perds. L'anorexie fait partie de ma vie depuis trop lontemps.
  • Contact

Des visites...

Recherche

Au Grenier