Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
22 septembre 2008 1 22 /09 /septembre /2008 11:04
Je vais bien. Je crois. J'ai vu mes amis cette semaine. Ma famille aussi. Un bon week end. Qui se soldera par mon entrée à l'hôpital aujourd'hui. Je me suis torchée la gueule avant, histoire de passer du bon temps avant la prison. Je devrais pas dire ça, mais faut être clair. Et réaliste. Une prison pleine de singlés. Dont je fais désormais partie.
 Hier ma mére a organisé un pique-nique géant, table ouverte à tous. On a commencé à 13h, fini à 4h. On m'a répété une bonne quinzaine de fois que j'étais belle. Que j'avais l'air mieux. Que je pouvais "prendre" parceque je serai encore mieux. Qu'il le fallait même.
 Mes potes sont venus et m'ont fait hyper plaisir. J'ai appris que ma mère leur avait balancé le morceau pour les urgences la semaine dernière. Moi je n'avais rien dit et n'avais pas la volonté de le faire, question de crédibilité; je ne peux pas leur répéter 50 fois que je veux sortir alors que je roule en ambulance deux jours aprés. Honte, froid, blanc. "Ah, vous savez alors".
J'ai refusé pour la sonde. Mais je peux changer d'avis. Seulement, avoir un corps étranger en moi qui de surcroît me bourre l'estomac m'est difficilement acceptable. Alors je vais manger. Je vais grossir.
Et puis voila.
Je me sens un peu seule, là tout de suite. Un peu envie de fondre en larmes. Parcequ'en réalité je suis complétement paumée.


Partager cet article
Repost0

commentaires

Ankylosée 22/09/2008 13:11

Tu ne vas pas grossir, seulement vivre. Vivre mieux. Et pouvoir faire enfin ce que tu as tant envie de faire, sans te soucier de fatigue accablante. Bien sûr, c'est compliqué, douloureux et la victoire ne se mesure pas en forces reprises. Mais, courage. Et pour tes amis, ils savent, et alors ? Ils sont venus quand même, preuve qu'ils ne s'arrêtent pas à ça, qu'ils te croient et te soutiennent. Accroche toi, pensées.

Juliette. 22/09/2008 12:47

Je suis fière de toi, de ces mots, de la force et du courage dont tu fais preuve pour juste, les écrire, les penser, y croire.Ca va être dur. Long. Difficile. Douloureux.Mais JE SAIS que TU PEUX et VAS le faire.Tu as cette force là en toi, c'est écrit.Bas toi, et surtout, n'oublie jamais.La vie est ailleurs. La vie est tout près, maintenant. Elle t'attend.

*anorchidea*

  • : [La pÂleur mOntre JusQu'où le cOrps PeUt cOmprendRe l'âMe]
  • : Le pardon ne pouvant s'envisager, seule une vengeance violente, une décharge de tout ce qu'il y a de mauvais, malsain, au plus profond du subconscient, pourrait permettre de ne plus penser aux noirs souvenirs qui gangrènent ma chair me rendant chaque jours un peu plus malade. Mes pieds s'enlisent, mon esprit les suit. Je me perds. L'anorexie fait partie de ma vie depuis trop lontemps.
  • Contact

Des visites...

Recherche

Au Grenier