Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
7 décembre 2008 7 07 /12 /décembre /2008 16:45
La fin de week end se fait sentir doucement. La rentrée au foyer approche et l'angoisse monte. Je me suis décidée à jetter tous les cachets que j'avais soigneusement entassé, à divers endroits. Je suis sûre que j'ai zappé la moitié de mes cachettes, mais le plus gros est au fond du sac poubelle. J'ai peur, tant qu'ils sont là, d'aller les repêcher. J'ai peur, aussi, de reprendre ceux que j'ai emmené chez ma mére, cachés dans mes chaussettes. C'est pour "au cas où". Ca me rassure encore et de ce point de vue je n'ai pas vraiment avancé...C'est toujours plus facile pour moi de donner vie à mes pulsions plutôt que d'aller tout verbaliser aux infirmiers. Et puis il y a des choses qui restent en travers de la gorge, sans que je puisse les articuler oralement.
Je suis vraiment fatiguée, ne décourage pas mais paye ce dernier épisode. C'est trop lourd, je n'y arrive pas. Je ne veux pas m'arrêter en chemin, je ne veux pas être fataliste, je ne veux pas désesperer. Mais...Putain. Putain de merde.
[On s'en sort un jour.]
 Même la psychiatre m'a dit qu'un jour je n'aurai plus toutes ces pulsions morbides,qu'un jour je n'aurai plus envie de crever toutes les 3 minutes pour rien.Qu'un jour je ne serai plus en colère, ou que je l'exprimerai différemment. Qu'un jour je me sentirai aimable et capable de retourner cet amour.Qu'un jour je me laisserai caresser, câliner, toucher. Qu'un jour j'arriverai à manger devant les autres sans cette putain de honte qui gâche tout.Qu'un jour je ne serai plus celle qui ne mange pas mais boit comme un trou, en jurant comme un charretier. Qu'un jour j'arrêterai de me défoncer pour tenir. Qu'un jour je pourrai même me mettre en débardeur.Qu'un jour je pourrai balancer les cachets, les lames et l'alcool, sans flipper parce que je ne sais pas comment faire autrement. Qu'un jour je me détacherai de tout ça et me rendrai compte que "ça" n'est pas moi.
Ce sont de belles promesses. Elles me font rêver, et la liste est longue. Très longue. Notamment pour ma relation aux autres. A mes proches, ma famille comme mes amis. Tout ça est très compliqué pour l'instant et la thérapie familiale me trotte dans la tête plus que je ne l'avais prévu, mais je reste persuadée que c'est utile.
J'ai fait le bilan sur mon lit d'hôpital, aux urgences. J'ai compté les années. Compté les allers retours en ambulance. Compté les fois où je me suis cassée la gueule parcequ'à moitié morte de faim. Mais c'est vraiment pas constructif, à part pleurer sur moi, ça ne fait rien d'autre. Alors il faut que je ferme les yeux, fasse comme si tout était normal? Une infirmière m'a soutenu qu'on pouvait faire page blanche, je n'y crois pas une seconde. Je crois que j'ai crié en disant qu'être envoyée dans un HP à 16 ans, ça ne s'oublie pas vraiment. Il y a des images qui ne nous quittent plus, des scènes violentes, des cris. Des visages burinés par la folie. Des regards hagards, vides, tristes, agressifs, noirs. Des pilules de toutes les couleurs, des traffics de cachetons, de bouffe. Tout ça ça reste, quoi qu'on dise. Et puis d'autres trucs aussi, dans les experiences de la vie pas toujours heureuses. Ca, ça concerne tout le monde, on a chacun notre lot de cesseroles à traîner, pas plus moi qu'une autre et je le sais. Mais j'ai envie de croire que l'on peut faire avec, et qu'un jour j'aurai une vie moins bordelique. J'ai envie d'y croire, fort.
Je m'en vais préparer mon sac.

Je vous remercie, encore et encore.

A chaque permission, venir faire un saut ici en quelques clics me réchauffe.
C'est stimulant, bien plus qu'on ne le pense.




Partager cet article
Repost0

commentaires

Emy 23/12/2008 15:02

Reviens vite nous donner des nouvelles !

Lou 21/12/2008 22:12

je m'inquiète... ça fait longtemps. trop longtemps.J'espère de tout coeur que tout va bien pour toi.gros bisous

vita 21/12/2008 21:38

Bonjour de VITA

Maddy-j 21/12/2008 09:52

Tu nousmanques. :(

ppm 20/12/2008 14:25

Je t'ai posté des fleurs de chez moi sur mon blog.

*anorchidea*

  • : [La pÂleur mOntre JusQu'où le cOrps PeUt cOmprendRe l'âMe]
  • : Le pardon ne pouvant s'envisager, seule une vengeance violente, une décharge de tout ce qu'il y a de mauvais, malsain, au plus profond du subconscient, pourrait permettre de ne plus penser aux noirs souvenirs qui gangrènent ma chair me rendant chaque jours un peu plus malade. Mes pieds s'enlisent, mon esprit les suit. Je me perds. L'anorexie fait partie de ma vie depuis trop lontemps.
  • Contact

Des visites...

Recherche

Au Grenier