Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
31 décembre 2008 3 31 /12 /décembre /2008 11:46
J'ai envie de répondre que dalle! Je fais rien, nada. Je ne sais pas ce qui est organisé pour ce soir. Je ne sais pas non plus ce que je vais faire. A force de répéter que j'ai horreur des fêtes de fin d'année, voila que je ne fais rien.  J'espère quand même que je vais trouver un truc parce que sinon je vais attraper le cafard.
Hier je suis retournée au foyer. Les pieds de plomb, enchaînée à des boulets d'une tonne chacun. Déjà, lorsqu'ils m'ont appelée dans l'après midi pour savoir si -pour une fois- j'allais tenir parole et être là, à l'heure convenue lors de mon départ, j'ai eu la sensation qu'un truc énorme se posait sur les épaules.
_Et vous savez que vous avez raté un rdv avec Madame L. ?
_Ah euh non, enfin je veux dire si peut être mais j'avais zappé, pas noté...
Oh putain je vais me faire tuer. C'est qu'Elle est pas commode madame L. . Tant pis.
Et puis je pleure. Pour rien. Je ris aussi. J'ai besoin de câlins. J'ai envie d'entendre mon père me dire que je lui manque. J'ai envie de me sentir apaisée. Confiante. Dorlotée. Bien. Calmée. J'ai envie de prendre l'air, de me barrer loin de toutes ces contraintes qui ont été établies pour me protéger. J'ai envie que tout soit fini, qu'on me laisse m'envoler sans tous leurs cachetons de merde. Sans les seringues hebdomadaires "pour savoir où vous en êtes". Sans cette balance assassine.
 [En parlant d'elle, j'avais esquivé la pesée pendant près d'une dizaine de jours, mais, pendant qu'ils m'avaient sous la main, ils m'ont ordonné de grimper dessus. J'ai d'abord dit NON, parce que merde, vont pas me gâcher mes quelques jours de vacances si? Ils m'ont demandé pourquoi j'aurais voulu les fusiller, genre ils jouaient les débiles ou quoi? Bref, de toutes manières, rien de nouveau, pas pris un gramme. Mais j'ai pas perdu non plus].
Sans toutes leurs recommandations. Sans ce poids en moi. Sans les "alarmes". Mais si je n'ai pas tout ça je meurs? Si je n'ai rien pour m'accrocher à la réalité, si on me laissait faire, je mourrais? J'en sais rien. Peut être que SEULE, je ne saurai pas. Je ne sais pas et j'aimerais qu'on me fasse confiance en me disant, ok, on fait un essai. Même si personne n'y croit.


Il le faudra bien, un jour.
Partager cet article
Repost0

commentaires

Dom 06/01/2009 13:19

Un petit coucou et des bisous. J'avance dans la lecture de ton blog..........

Lou 06/01/2009 02:52

Tu penses que tu te laisserais mourir si tu n'étais pas suivie ?Il faut que tu leur montres qu'ils peuvent avoir confiance en toi. Regagner la confiance de quelqu'un peut prendre du temps. & ça serait une autre bataille parallèle à celle de la maladie. Mais ça en vaut le coup... non ?Je pense à toi.j'espère que tu vas bien.bis'

MAD 05/01/2009 14:49

2009: VIVRE. "on peut essayer de vivre dans un hopitâl?? O_O"Tu t'rapelles quand on avait dit que tu sortirais de l'hopitâl quand tu seras assez lourde pour que ces plombs autour de tes jambes ne t'empêchent plus de t'envoler? J'avais dessinéé un dessin on aurait dit une prisoniére. Raché[cheu?]tique ; à cause des oranges?? AHA.Tu me fais la tête?LOVEYOU

Ines de Saint Lambert 05/01/2009 09:27

Je te souhaite tant de choses...de belles choses et surtout que mes écrits ne viennent pas freiner tes élans de vie. je pense beaucoup à toi au fil de mes lignes.Bien à toi

Léa 03/01/2009 18:59

Premier passage ici et déja séduite :)A bientot

*anorchidea*

  • : [La pÂleur mOntre JusQu'où le cOrps PeUt cOmprendRe l'âMe]
  • : Le pardon ne pouvant s'envisager, seule une vengeance violente, une décharge de tout ce qu'il y a de mauvais, malsain, au plus profond du subconscient, pourrait permettre de ne plus penser aux noirs souvenirs qui gangrènent ma chair me rendant chaque jours un peu plus malade. Mes pieds s'enlisent, mon esprit les suit. Je me perds. L'anorexie fait partie de ma vie depuis trop lontemps.
  • Contact

Des visites...

Recherche

Au Grenier