Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
18 octobre 2009 7 18 /10 /octobre /2009 13:34
Je ne sais plus quoi écrire.
Encore un week end. Mouvementé.Festif mon cul.

La psychiatre a prévu une hospi pour moi, je la vois demain. J'appréhende ce qu'elle va me dire.
J'ai perdu du poids, parce que je vomis beaucoup ces derniers temps. Je ne dors pratiquement plus. Dois m'enfermer dans les toilettes de l'école pour pleurer  ma chute. Je ne sais plus.

"On vous sent sur la corde Eugénie. Sur le fil. Mais vous avez tenu jusqu'à maintenant, vous avez fait le plus gros, grâce à votre volonté et vôtre determination. Vous êtes bien plus forte que vous semblez le croire.Vous allez vous en sortir".


C'est tout ce que j'ai envie d'entendre. Qu'on croit en moi. Qu'on me rassure.
Parce que là, vraiment. J'ai du mal à y croire. J'ai du mal à voir demain. J'ai l'impression que je vais crever tous les quarts d'heure. Que c'est la fin qui vient me chercher, enfin.

"Vous passez d'une anorexie tyrannique à un manque de contrôle total. Ca fait des années que vous bousillez vôtre corps, vous avez perdu des dents, vous vomissez, vous êtes anémique et votre foie ne supporte plus rien, ça ne vous fait pas réagir? Vous êtes épuisée, moralement, physiquement, et au lieu d'aller dormir vous prenez toutes ces merdes. On ne peut pas dissocier le corps de l'esprit, vous ne pouvez pas lui faire la guerre éternellement vous comprenez?"

Je comprends. Trop bien même. Mais la haine me consumme. Je lui en veux de me lâcher. Trahison amère. Et puis pourquoi, qu'est ce qu'il m'a fait putain? J'en sais rien. Juste que je le deteste. Il porte des traces invisibles d'un passé que je veux oublier pour toujours.
Et sourire. Pour ne pas flancher. Pour ne pas décevoir, inquièter, blesser. Sourire.

Je n'ose plus mettre de photo de moi.

Partager cet article

Repost 0
Published by [AnO]rchiDeA - dans Dark babyDoll
commenter cet article

commentaires

http://www.jumpeo.fr 13/07/2016 04:47

Une barbe qui me picote les joues et des bisous dans mon cou.

Elly 31/10/2009 12:15


Bonjour .. Tu ne dois surement pas te souvenir de moi, mais j'ai envie de relire tout ces textes, de revenir ici . Ton courage m'eblouit ..
Avec mon respect .. Vraiment


ppm00 24/10/2009 10:44


"Je n'ose plus mettre de photo de moi."

C'est marrant de dire ça, comme si c'était le truc le plus grave du monde.
Tu peux te défoncer, te faire violer, les images en direct, l'actu quoi.
Mais plus d'image on dirait que c'est grave pour toi, comme une télévision en panne dans une famille qui ne se parle pas, c'est un état d'urgence :)
Avec ou sans image, tu es la même, "aimable", même sans image.
Les autres ont une image de toi dans leur tête, et alors ? tu n'es pas venue sur Terre pour mettre des images dans la tête des autres, tu existes en vrai sans ces images.
Reste donc dans le noir un peu, tu es belle dans le noir aussi :)


Alexandra 23/10/2009 18:33



mille bisous et pensées douces...



athena_ 23/10/2009 00:12



Eugénie...
Quand seule, on ne peut plus, il y a les mains tendues. Pour que cela ne dure plus...
N'oublie pas quelque chose....: Ca n'est pas toi que tu détestes, ca n'est pas ton corps que tu detestes mais ce que tu en fais, ce que tu utilises pour le brutaliser, ou...??? ( à toi te pointer
ce que tu detestes).
Quand tu perds essaie de penser à ça: Le plus important à part toi, c'est toi.

Alors courage. Courage pour ouvrir les yeux et découvrir combien au fond tu as le droit de t'aimer.



*anorchidea*

  • : [La pÂleur mOntre JusQu'où le cOrps PeUt cOmprendRe l'âMe]
  • [La pÂleur mOntre JusQu'où le cOrps PeUt cOmprendRe l'âMe]
  • : Le pardon ne pouvant s'envisager, seule une vengeance violente, une décharge de tout ce qu'il y a de mauvais, malsain, au plus profond du subconscient, pourrait permettre de ne plus penser aux noirs souvenirs qui gangrènent ma chair me rendant chaque jours un peu plus malade. Mes pieds s'enlisent, mon esprit les suit. Je me perds. L'anorexie fait partie de ma vie depuis trop lontemps.
  • Contact

Des visites...

Recherche

Au Grenier