Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
16 mars 2009 1 16 /03 /mars /2009 09:44


Envie de légèreté, envie de m’envoler, loin. Loin de la réalité, loin des vérités crues qui pleuvent sur moi. Loin de toutes ces conséquences irréversibles, des résultats noirs sur blanc. Des trucs qui m’enchaînent au sol. Boulet aux pieds, je fais de petits pas avant que les maillons me resserrent la bride. Pour retomber, un peu plus loin, dans le caniveau. Vertige. S’agripper au mur. Ignorer les regards, en même temps que sa propre faiblesse. Taire sa fragilité, hurler s’il le faut que tout va bien. Noircir des pages la nuit, trembler le jour. Apercevoir la lumière au bout, invisible rayon qui éclaire tout un visage, et puis, serrer les dents. Cerner les yeux, affamer le ventre, tirer les traits. Compter, calculer, mesurer. Espérer, un petit peu, en fermant les yeux très fort. En oubliant les cailloux dans le ventre. Imaginer la vie. Avant que l’on nous rattrape, matraque au point pour nous coller au sol. Avant que l’on crie dans nos oreilles qu’il y a danger, avant que l’on ne sente les aiguilles dans les bras, avant les sirènes de l’ambulance, avant que la tension chute. En fermant les yeux, parfois j’y arrive et j’y crois très fort. Alors je me sens forte et vindicative. Aussi forte que lorsque je compte les heures de jeûn. Les extrêmes me font les yeux doux et j’existe enfin, regardez moi, regardez comme je me détruis, regardez comme j’y arrive malgré tout. Regardez comme je me relève, tout le temps. Regardez moi m’éteindre, me faner dans mon corps noueux, sourire aux lèvres. Orgueil de merde. Fierté mal placée, je me foutrais des tartes. Connasse. Se dépenser pour les autres, les aimer en grand, comme s’il s’agissait de son propre sacrifice. Aimer à la folie, s’enflammer pour se consumer complètement, se brûler à la passion, à la violence des insomnies. Les crises nocturnes, celles qui font couler le sang, celles qui nous amènent dans un autre monde, cachetons en main, délires éthyliques en tête . Celles où les excès sont de mise, celles qui parfois nous emportent. Celles qui font disparaître la peur du risque, celles où on se dit  que l’on n’a plus rien à perdre. Celles où on se dit, demain n’existera pas.

Je perds pieds. Perds mes sens, essaie d’entretenir l’instinct de survie, quoi qu’en réalité je l’exècre dans ces moments où mon corps se fait juger coupable devant la glace.

Perpétuelle ambivalence, cette petite voix au fond de mon âme que je voudrais étrangler, avant qu’elle ne me le fasse. Je voudrais la rayer une fois pour toutes, briser le disque, l’assassiner. Si je la tue, ce sont mes menottes que j’enlève.  Je vais la faire crever cette garce.

On ne peut pas vivre à deux dans mon Corps. Il est devenu trop petit.




Partager cet article
Repost0

commentaires

Didier Liza 19/03/2009 12:05

Bonjour anorchidea pour moi j'attends cette opération programmée vers le mois d'avril et j'ai peur.Mais toi je t'en supplie vis !!vis pour toi vis, pour moi vis ,pour liza vis putain de bordel de merde regarde moi j'ai peur alors tu ne vois pas que c'est la vie ,les couleurs ,l'amour,l'amitié qui sont les meilleures choses je te souhaite d'aller mieux vraiment ,tu as ta petite fleur tous les jours comme une bougie qui brûle pour toi ..lots of kisses ton ami Didier

tibouh 18/03/2009 08:19

Tiens bon petite fleur... Ne laisse pas cette petite voix prendre ta place! C'est TA vie, TON corps... Tu peux le faire j'en suis certaine, pense à tes projets, à tes passions! Ce sont eux qui tueront la voix... Je te remercie pour ton piti mot, je t'envois tout mon courage! Bisou

Emy 17/03/2009 16:51

Continue à te battre, à avoir l'espoir d'aller mieux. C'est ça qui te fait avancer. Ne baisse pas les bras. Même si l'avenir te fait douter, il ne faut pas oublier le chemin que tu as parcouru pour essayer de revivre. Ne retourne pas dans un passé sombre (qui, d'ailleurs ne te convenait pas). Accepte de reprendre goût à la vie. Courage ma belle. Bisous

Emy 17/03/2009 15:23

Continue à te battre, à avoir l'espoir d'aller mieux. C'est ça qui te fait avancer. Ne baisse pas les bras. Même si l'avenir te fait douter, il ne faut pas oublier le chemin que tu as parcouru pour essayer de revivre. Ne retourne pas dans un passé sombre (qui, d'ailleurs ne te convenait pas). Accepte de reprendre goût à la vie. Courage ma belle. Bisous

ppm00 16/03/2009 20:43

"Orgueil de merde. Fierté mal placée, je me foutrais des tartes. Connasse."Tes besoins ont été niés - et ta daronne dit encore des horreurs - alors tu amplifies ton signal, pour qu'il soit entendu.T'as envie de crever pour qu'enfin on t'entende.Mais tu sais, les cons ne comprendrons pas, tu seras morte pour rien, ce ne sera même pas pédagogique pour eux :)Ces oreilles sourdes qui t'ont laissé crever dans ton berceau ne t'entendrons plus jamais, et le berceau est trop petit pour une grande fille comme toi :)Faire le deuil, voir que ces oreilles sourdes sont devenue des bouches pleines de mots, et ne rien attendre d'eux qui t'ont fait tant de mal, et qui continuent ... plutôt que de se regarder dans la glace.Je pense à toi de temps en temps, mon orchidée va fleurir cette année, je m'en occupe, je t'enverrai les photos :)

*anorchidea*

  • : [La pÂleur mOntre JusQu'où le cOrps PeUt cOmprendRe l'âMe]
  • : Le pardon ne pouvant s'envisager, seule une vengeance violente, une décharge de tout ce qu'il y a de mauvais, malsain, au plus profond du subconscient, pourrait permettre de ne plus penser aux noirs souvenirs qui gangrènent ma chair me rendant chaque jours un peu plus malade. Mes pieds s'enlisent, mon esprit les suit. Je me perds. L'anorexie fait partie de ma vie depuis trop lontemps.
  • Contact

Des visites...

Recherche

Au Grenier