Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
6 juin 2006 2 06 /06 /juin /2006 12:15



Les archives de l'Humanité

Version impression Envoyer cet article
La résurrection de Lilith

Alina Reyes, l’auteur du Boucher et de Derrière la porte poursuit avec Lilith une ouvre de bruit, de sexe et de fureur, histoire de relever la femme d’un piédestal qu’elle a perdue il y a dix mille ans. Lilith, femme libre avant Òve, " femme moderne, doublement enchaînée, à la nature, à sa culture ", habite le corps et l’esprit de la Lilith contemporaine, directrice du Muséum d’histoire naturelle. La jeune cadre dynamique se métamorphose la nuit en " démone, maîtresse de Sammaël et concubine de Dieu, celle qui la nuit se glisse dans la couche des hommes comme du Tout-puissant pour agiter leurs rêves et sucer leur vigueur... " La femme se libère par la réappropriation de son sexe, se confronte au mâle sur le lit même de sa domination. Violée depuis des millénaires, désormais elle décide, sa sexualité devient active. Alina Reyes se défend de vouloir annihiler l’homme, et Lilith ne fait aucun cadeau aux femmes soumises, ces héritières d’Òve. La quête éperdue de sexe de Lilith dans Lone, la ville découpée en zones ghettos, aura sa limite, et la succube des rues ne pourra assumer la jouissance qu’en suçant le sang des hommes. Lilith est un roman foisonnant. Alina Reyes accompagne son héroïne dans les recoins les plus reculés d’un esprit qui conquiert la liberté avec son corps : " Si souvent les femmes ont cette ruse de se poser en victimes. Pleureuses, profil bas - sempiternel masochisme qui n’est qu’un piège pour se faire assaillir, saillir. [...] Lilith donne et prend, dans le refus de cette immémoriale et réciproque mutilation, dans le mépris des rapports de forces en tout genre qui tant obsèdent les humains. ".

J. M.

Lilith d’Alina Reyes. Éditions Robert Laffont, 288 pages, 129 francs.

 

Personellement je ne sais pas encore si j'ai aimé ou non. Encore dans mes pensées...encore dans les recoins de mon esprit où elle m'a plongée.

Cela m'a touchée parceque j'ai vu plus loin que la boulimie de sexe ecoeurante de LiliTh, plus loin que sa faim sanguinaire. Ce livre décrit la condition Humaine, c'est une certaine vision de l'Homme , singuliére, certes. Mais en beaucoup de points, non dépourvue d'une certaine vérité, qui dailleurs est dérangeante, parceque trés...je ne sais pas, extrême, malsaine, obcéne, impure.

Décor noir est dépravé, l'avenir que l'auteur dessine pue, est sale, et ne laisse pas passer la lumiére, entre les ghettosou nous sommes tous répartis, courant les nuits à la recherche de quelques plaisirs malsains, poussant nos vices à l'extreme, ça grince, c'est parfois lourd et déplaisant, et puis je ne sais pas, je n'ai plus déccroché. De lire l'Homme conditionné par ses instincts primitifs, dominé par ses envies, déformé par son avidité, par ses revers...

Lilith mêle fiction et mythologie, créant un paralléle entre le futur et la légende, pas toujours compréhensible, ou alors pour les initiés, mais cela reste intéressant.

Je crois bien que j'ai aimé ^^

Partager cet article
Repost0

commentaires

cath 14/07/2008 11:35

Difficile de ne pas être fasciné(es) par l'univers d'Alina Reyes. C'est noir, c'est rouge, c'est mousseux, ça a du goût, le goût de la chair, de la vie donc.J'ai écrit un article modeste sur Sept nuit dans la rubrique "Bouquins" de mon blog Acteplume. Chacune de mes lectures de Reyes m'a donné l'envie de lui consacrer un article. Elle écrit comme personne. C'est ça que je demande à un écrivain, de me surprendre.Merci pour cet article :)

*anorchidea*

  • : [La pÂleur mOntre JusQu'où le cOrps PeUt cOmprendRe l'âMe]
  • : Le pardon ne pouvant s'envisager, seule une vengeance violente, une décharge de tout ce qu'il y a de mauvais, malsain, au plus profond du subconscient, pourrait permettre de ne plus penser aux noirs souvenirs qui gangrènent ma chair me rendant chaque jours un peu plus malade. Mes pieds s'enlisent, mon esprit les suit. Je me perds. L'anorexie fait partie de ma vie depuis trop lontemps.
  • Contact

Des visites...

Recherche

Au Grenier