Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
24 mars 2009 2 24 /03 /mars /2009 22:05
La lumière happée dans mes rideaux. M'aveugle. Je me tourne et me retourne sans cesse; une nuit blanche de plus à mon actif. Je devrais les compter, les écrire. Mes cernes mangent mon visage, éteignent mes yeux. J'irai leur demander de me cachetonner, encore. Et j'entendrai un "non" qui avortera toute tentative d'espérer un ajout médicamenteux. Je n'ai plus qu'à chanter à tue tête dans mon lit, en foutant en l'air toutes ces chansons qui me tiennent en vie. M'occuper. Dessiner. Ecrire. Les photos, en boucle. Regarder l'évolution, les transformations, la métamorphose certaine. Essayer de comprendre, d'analyser, encore une fois. Des perles salées sur les joues. Soupir désespéré, l'impression de ne jamais sortir la tête de l'obscurité. Je tâtonne dans le noir, cherche un interrupteur qui finalement n'existe peut être pas, même si je mise tout mon cœur dans cette quête incertaine. Je m'investis toute entière, corps et âme dans les ronces, me lacère la peau, me réconforte en voyant le liquide qui noie mes veines d'un rouge passionné. Vivante, encore, ouf. Je ne veux plus de la mort que j'ai apprivoisée, je ne veux plus d'elle dans mon corps, mon cœur, ma tête. Je l'ai embrassée, serrée dans mes bras, de toutes mes forces je me suis accrochée à elle...Comme une délivrance après l'enfer. Je l'ai choyée pour qu'elle m'accueille les bras ouverts, alors que l'on me retenait par tous les moyens. On m'y a arrachée, elle m'a rejetée pour mieux m'étourdir. Aujourd'hui, tout est tellement différent. J'ouvre enfin les yeux, me rends compte de sa trahison, mesure les dégâts. Me retrouve, peu à peu. Même si je n'aime pas ce que je suis, j'apprends, observe, en essayant d'être objective. Fais confiance aux êtres chers qui m'ont empêchée de sombrer, et découvre que finalement, c'est sûrement la meilleure chose qui me soit arrivée. Je ne veux pas d'une vie insipide, je veux exister, je veux aimer, goûter, adorer, haïr, jouir. Je sais que je ne saurai pas me contenter de peu et qu'il me faudra le meilleur pour me faire palpiter. Le trop, l'excès, l'extrême. Cela fait partie de moi et c'est ma drogue. Peut être qu'un jour je ferai une overdose et me rangerai. Je ne sais pas ce que l'avenir me réserve, personne ne le sait. A moi de me l'approprier...à moi de le construire, de le façonner au gré de mes envies, de mes projets. Je le caresse du bout des doigts, lui fait les yeux doux pour qu'il me serre avec douceur, sans m’étrangler. J'ai envie de voir le jour. J'ai envie de voir demain, j'ai envie de me réveiller le sourire aux lèvres. Mais l'envie ne suffit pas, il faut s'en donner les moyens. Je m'y attèle, essaye, depuis quelques temps déjà, de mettre des étoiles dans ma nuit. Je peux déjà en compter quelques unes et me console en les admirant les jours de cafard ambiant. Je me dis que si j'ai pu obtenir celles-ci, je peux en recueillir d'autres, encore plus lumineuses, plus jolies, plus douces, plus réconfortantes. Et puis un jour je décrocherai la lune. Pour *eux*, pour moi.
Partager cet article
Repost0

commentaires

Juju 29/04/2010 10:38



... que dire... juste wahouuuuuuuu quoi, Eugénie, wahou wahou wahou.


(hihi)



MAD 27/03/2009 10:21

Tu penses encore à moi, parfois ?Je t'envoie toutes les forces du monde entier.

lina 25/03/2009 23:51

Ton ecriture est magnifique, elle m'émérveille. Une fois de plus, je te sens en vie, je sens que tu t'éloigne de tes démons et que tu n'est plus du tout dans le deni, le rêve malsain, morbide. Je te sens préte à acceuillir la vie qui te tend les bras mais je me pose quand même une question : peut on vivre dans l'excés sans se flinguer? Je t'embrasse.

Sid 25/03/2009 22:01

Yeah, décroche la, la lune. Tu la mérites ! Quel que soit le temps que tu mettras à grimper la haut ! C'est gai de voir ton évolution. Ta réussite progressive. C'est fort. Et tout viendra petit à petit te rendre la vie forte en émotion. Je te le souhaite !A bientot la belle. Continue à garder le smile, à en vouloir, tu réussiras à coup sûr !Bisous rock and roll !

*anorchidea*

  • : [La pÂleur mOntre JusQu'où le cOrps PeUt cOmprendRe l'âMe]
  • : Le pardon ne pouvant s'envisager, seule une vengeance violente, une décharge de tout ce qu'il y a de mauvais, malsain, au plus profond du subconscient, pourrait permettre de ne plus penser aux noirs souvenirs qui gangrènent ma chair me rendant chaque jours un peu plus malade. Mes pieds s'enlisent, mon esprit les suit. Je me perds. L'anorexie fait partie de ma vie depuis trop lontemps.
  • Contact

Des visites...

Recherche

Au Grenier