Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
18 août 2007 6 18 /08 /août /2007 14:04

Je me donne le temps de buLLer...errer au gré des plaisirs timides
Je me laisse aller à la curiosité
j'ouvre les yeux sur le monde qui m'entoure
Je le découvre sans les oeilléres que je m'étais créees
Surement que cela ne durera qu'un temps
surement qu'iil y aura une vague dans l'autre sens prochainement...je sais
Je commence à connaitre mon fonctionnement
En haut
En bas
Mais si j'apprenais déja à vivre le moment présent
Ce serait déja une belle victoire
Arrêter d'anticiper
Se lâcher et gérer les imprévus sans panique

°°°

[Que c'est bon]




Je lis vos derniers commentaires et en retient la pertinence...
Finalement il ne faut compter que sur soi-même, et ne pas être en attente des autres...Même si ceux-ci peuvent être d'une grande aide.
Le plus dur dans cette maladie est finalement de décider et de faire des choix qui nous appartiennent, combien de fois je préfererais que l'on fasse les choix à ma place...Plus facile, plus facile de suivre des instructions que d'en établir soi-même, de prendre ses propres décisions et d'aboutir les projets désirés [encore faut-il savoir ce que l'on veut]...

Aujourd'hui je suis chez mon pére, aujoud'hui je regarde mes fréres et me dis que je suis l'ainée, je pense à l'exemple que je leur donne et detesterais les influencer, ou qu'ils croient que ce qu'il se passe soit normal. Nepas banaliser, sans pour autant s'affoler. Juste, remettre les choses à leur place, les rôles attribués aux bonnes personnes. Mes soeurs, chez ma mére, restent craintives devant ce corps qu'est le mien, murmurent des questions timides, commencent à faire attention à leur poids. Adolescence, pour elles, je ne veux pas que ça rime avec chaos.
Finie l'anarchie dans la famille, le joyeux bordel qui me sert d'entourage, et quand j'y regarde de plus prés...je me dis qu'il n'y en a pas un pour sauver l'autre, et voila que je suis le produit de deux passionnés, écorchés et impulsifs...l'héritage est là...




Exaltée
Passionnée
Sans lmites
Bornée
Emotive
Je n'aime pas j'adore
Je ne mange pas je dévore
Excessive
Furax
J'ai la rage
Je ne crie pas j'hurle
Je suis une menteuse
Jai ma vanité
Ma fierté
Les paris sont dangereux
Les défis sont relevés
Vaindicative
Je ne pleure pas je m'effondre
Je ne bois pas je me bourre la gueule
Je ne prends pas mon traitement, je me défonce avec
Les mains pleines de pilules acidulées pour dormir en attendant demain..."Aprés".

Je ne sais pas ce que je trouverai derriére le vernis, derriére cette carapace que je me suis forgée, l'inconnu me fait peur et le présent m'effraie,
Je divague, mais la musique se fait douce...
Je ferme les yeux
Je m'étire et trouve que finalement je ne suis pas si mal
Aprés tout
[...]






Partager cet article
Repost0

commentaires

Sid 20/08/2007 13:23

Wahoo... Je reste sans voix et sans mot. Désolée de ne pas avoir laissé de traces ici depuis quelques temps, quelques événements et soucis financiers m'ont bien occupé l'esprit. Bref, je suis très rassurée, et très optimiste. Pour toi en tout cas. C'est vraiment génial. Tu sens que tu re-vis, que ce n'est pas impossible et que tes pas sont ceux d'un géant. Moi je suis impressionnée. En un mois, tes progrès ont été euh. J'ai pas le mots mais fulgurant  conviendrait surement. Même si les excès sont là, tu sais que tu peux, et tu sais où attaquer pour t'en sortir. Les choix sont certes difficiles et on se plante parfois. Mais nous voyons le résultat dans tes mots et c'est vraiment pfiouuuuuuu... Je suis heureuse pour toi. Tu reviens de loin et même si tu garderas des traces, on sent que tu veux, tu VEUX ! Pour ceux qui t'aime d'une part, la famille et ces amis qui ont toujours été là pour toi. Mais chose hyper importante, POUR TOI. Pour vivre TA vie, LA VIE, la vraie (et pas auchan, comme moi...) Ces petits plaisirs du quotidien, à regarder sa famille et ses membres grandir, en glandant et en évitant les questions et les remises en question parfois à deux balles, qui nous pourrissent la vie. S'accepter et accpeter son corps, ce qu'il est et PROFITER. Comme un enfant peut profiter de ses vacances. Profiter de la vie. S'AUTORISER  A REVER...   Tiens, une phrase que ma douce Maman m'a dite durant une longue conversatin téléphonique qui traitait du bonheur et de la vision de soi (Fan de la Méthode Coué) : "Pour être heureux, il faut être heureux". Ca peut paraître bête à un premier abord. mais le bonheur est illusoir, c'est un état d'esprit. Il faut le décidé et faire tout pour. Se satisfaire de choses bêtes et simples. Perso, mon grand pied, c'est de boire un chocolat chaud à la petite cuillère avec des amis. Un peu con quand on y pense, c'ets rient de très sensationnel  et quand on connait la teneur en calorie du chocolat chaud (c'est le côté mesquin de la maladie qui revient après)  xD Mais tellement bon pour les papilles et avec les amis, bon pour le coeur. Bref, je m'emballe, tu m'emballes ! Bon courage à toi et continue sur ta lancée Jolie Fleur. Tu m'épates par ton courage et ta volonté. C'est vraiment bon. Tu me recolles un sourire qui me fend le visage au niveau des deux oreilles. Merci, c'est vraiment plaisant ! Tu sias ce qu'il te reste à faire, Tu commences à avoir du recul. Même si je me doute que ce n'ets pas la vie en rose tous les jours que ce soit au quotidien ou avec a conscience. Parce que tu es une fille qui pense beaucoup et qui réfléchit. Dessine encore, c'est ce que je fais et c'est salvateur... Allez, à très bientôt, Dans un constant happy  feeling, prend ston pied dans la vie, tout ce bonheur (re)deviendra naturel pour toi. J'y crois. Prends bien soin de toi. Bisou ! SiDelph

Lisanka 18/08/2007 20:55

Heureuse de kire cela, tout simplement. Bien-sûr que tu n\\\'es pas si mal, tu es même très bien! Il faut que tu t\\\'acceptes telle que tu es. Accepter son histoire et la faire sienne (curieux paradoxe), c\\\'est un grand premier pas!
 
Bises,
 
Lisanka
 

Laure 18/08/2007 16:11

Profite bien de ce moment de bonheur, et tu as raison, vis le moment présent !
Bises

*anorchidea*

  • : [La pÂleur mOntre JusQu'où le cOrps PeUt cOmprendRe l'âMe]
  • : Le pardon ne pouvant s'envisager, seule une vengeance violente, une décharge de tout ce qu'il y a de mauvais, malsain, au plus profond du subconscient, pourrait permettre de ne plus penser aux noirs souvenirs qui gangrènent ma chair me rendant chaque jours un peu plus malade. Mes pieds s'enlisent, mon esprit les suit. Je me perds. L'anorexie fait partie de ma vie depuis trop lontemps.
  • Contact

Des visites...

Recherche

Au Grenier