Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
14 juin 2010 1 14 /06 /juin /2010 06:07

J'écris un peu pour ne rien dire. Il est 6h08, on est lundi matin et je n'ai toujours pas dormi. Dans mon dernier post, je parlais de ce dernier défi. Bon, à ce moment là, le cynisme coulait à flot dans mes veines et j'étais assez...insupportable. Le contrecoup de m'être sauvé la vie sans doute, j'en sais rien.

Mais ce qui se passe là, c'est que je ne suis pas angoissée pour la fin d'année. Enfin si, mais je ne suis pas pétrifiée comme d'habitude...je ne dors plus, n'ai plus vraiment de vie et ne fais vraiment QUE bosser,mais j'avance, je raye de ma liste les projets au fur et à mesure, et je crois que je prends mon pied.  Comme si je faisais une crise de boulimie de boulot, mais que je n'avais pas encore vomi, j'en suis toujours au stade où j'imagine ce que je pourrais bien manger après alors que je n'ai toujours pas fini d'ingurgiter ce que je mâche. Et vous savez quoi, je suis même assez satisfaite de ce que je fais. Sérieux, je trouve ça plutôt pas mal.

Je suis dans la merde jusqu'au cou et suis la plus heureuse du monde. Et puis si je l'ai pas, je voudrais pouvoir me dire que j'ai essayé, jusqu'au bout et que je n'ai jamais lâché. Pas de regrets. Si, bien sûr, mes épisodes hospitaliers mais...ils on été bénéfiques, alors les regretter, non, disons qu'ils sont mal tombés...mais je veux me battre. Ne rien lâcher. Mon avenir je le veux, je le désire plus que tout. Je VEUX mon année, je veux y accéder à ce futur possible...Cette semaine j'ai normalement une réponse pour mon alternance aussi...pourvu que ça marche.

C'est drôle, mais je me dis que la psychomot', elle a appuyé sur le bon bouton la dernière fois..."le goût du challenge". Elle est fûtée celle là. Elle me connaît par coeur. N'empêche, ça a marché.

[Ppm00 oui...la roulette russe, un peu. J'ai besoin de lancer ma bille quelques fois...et puis après, ça va. C'est un peu aléatoire j'avoue,mais c'est comme un dernier recours lorsque vraiment, vraiment les murs sont sans issue. Pour le passé douloureux, je n'arrive pas vraiment à l'admettre, étant donné que pour moi tout est un peu de ma faute, et des fois j'en arrive même à des conclusions du genre "j'ai choisi d'être anorexique je ne peux en vouloir qu'à moi même j'ai bien vu que ça allait pas mais j'ai rien fait", et même "je savais ce qui allait se passer, on peut même pas appeler ça un viol puisque j'ai rien fait pour me défendre" enfin bref.]

 

Ce brouillon traînait depuis un moment...

Depuis, les cernes ont grandi, les tremblements sont incessants et les pupilles dilatées, tandis que le coeur est en tachychardie constante. Mais je vais. Comme une petit vampire en manque de sang. J'ai relevé le défi comme une gagnante. Et j'espère gagner, parce que perdre m'exaspère et me rend assez dingue. Je deteste l'échec. (Ah bon? _scoop!_) Je suis excessive. Mais je veux y arriver. Réponse à la fin du mois. Et puis, ce défi m'apporte énormément. Sur moi même, mes limites, mais aussi mes capacités, ma valeur, mon comportement et beaucoup d'autres choses. Je suis honnête avec moi même aujourd'hui. Je me connais mieux. C'est comme si j'avais fait 5 pas en avant d'un coup. Je crois en moi, oui. Et n'en ai pas honte. Plus maintenant.

Partager cet article

Repost 0
Published by [AnO]rchiDeA
commenter cet article

commentaires

http://www.s-team-nettoyage.fr 13/07/2016 04:39

En même temps, faut dire que souvent, ils sont aussi raide que moi.

ankylosée 23/06/2010 21:18



Tu as raison. Il était temps de ne plus avoir honte de toi.


Tiens-nous au courant pour les résultats.
De gros becs



Ely 23/06/2010 09:39



Enfin une lueur d'espoir Eugenie.. Vis enfin.



Ludivine 20/06/2010 20:06



J'aime beaucoup la force de caractère et l'optimisme qu'il y a dans tes mots malgré toute la souffrance et les galères. Toi, au moins on ne pas t'accuser de t'apitoyer sur ton sort. Même si les
gens qui le font ne le font pas exprès. J'ai longtemps appartenu à la classe des victimes, mais aujourd'hui un peu comme toi, je me bats pour l'avenir et le bonheur. Et pourtant, on me traite en
core de "nombriliste", on parle de "caprices de gamine", on me dit "nantie" etc. C'est dur les critiques quand on pensait en toute sincérité avoir fait des efforts.



ppm00 20/06/2010 11:55



Oui, la fatigue extrême est une voie d'introspection, de création, elle lève les inhibitions, car pour se contrôler il faut de l'énergie.


Quand on se met en situation d'être faible à ce point, il ne reste plus d'énergie pour le déguisement, les masques, les mensonges qui coûtent tant. C'est crevant, même - surtout ? - de se mentir
à soi-même :)


Mais il faut aussi se reposer, on est pas obligé de tout finir pour demain matin : on a la vie devant nous.


"Pour le passé douloureux, je n'arrive pas vraiment à l'admettre"


Tu sais, je ne cherche pas à vendre ma soupe, j'ai l'air vindicatif comme ça, sur ce sujet en particulier, car je crois vraiment que c'est la première marche des misères qu'on empile encore et
encore dans notre vie. La psy classique ne sort pas ces choses, car l'enfance tout le monde s'en fout. En plus ces choses vécues avant les mots, il n'y a pas de mot pour les dire, pas de mémoire
consciente. Mais tout a été mémorisé par le corps, et les émotions ultra-violentes sont bien là. Notre âme s'est déformée pendant cette phase d'apprentissage des besoins premiers, et tout le
reste de notre vie posé par dessus est déformé par cette perception faussée. Moi je suis parti de ce côté pour me soigner, et je ne regrette pas. Mais je suis loin d'avoir fini, en ce moment je
ne fais rien, je me repose :) grandes vacances.


Et puis ce midi j'ai les enfants qui viennent, ils me réclâment, je retourne à mes préparatifs : tomates noires, petites mangues du pérou (aïe, j'ai mal à la planète), abricots, brocolis,
patates, et un petit poulet rôti. Le tout accompagné par un jus de pomme, et un petit pinard pour le papa.


La fête ! en plus, malgré les 15° il y a de la musique ici, j'ai fait entendre le saxo en répétition au téléphone à mon grand qui est joue du saxo, ils sont déjà sur la route, ils arrivent à fond
la caisse, ils seront là dans une heure. Viiiiiiiiite !


 



*anorchidea*

  • : [La pÂleur mOntre JusQu'où le cOrps PeUt cOmprendRe l'âMe]
  • [La pÂleur mOntre JusQu'où le cOrps PeUt cOmprendRe l'âMe]
  • : Le pardon ne pouvant s'envisager, seule une vengeance violente, une décharge de tout ce qu'il y a de mauvais, malsain, au plus profond du subconscient, pourrait permettre de ne plus penser aux noirs souvenirs qui gangrènent ma chair me rendant chaque jours un peu plus malade. Mes pieds s'enlisent, mon esprit les suit. Je me perds. L'anorexie fait partie de ma vie depuis trop lontemps.
  • Contact

Des visites...

Recherche

Au Grenier