Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
29 mai 2011 7 29 /05 /mai /2011 10:30

"Et tout ça sans contrôle médical! Oh je vous en prie ne faîtes pas l'autruche ici hein... Je sais ce que vous faîtes douze fois par jour, ça va hein. Voir apparaître avec joie une nouvelle côtes, les recompter sans cesse, constater que votre short baille un peu plus que la veille, tendre tout votre corps pour voir onduler les reliefs, admirer les bleus sur la colonne vertébrale, toucher les hanches qui ressortent chaque jour un peu plus, toucher vos clavicules, perdre vos bagues, ça, vous n'avez pas de mal à le faire, moi je vous demande de vous peser une fois par mois, et vous ne voulez pas? Je veux que vous vous confrontiez à la réalité, que vous en preniez conscience, UNE fois par MOIS. Arrêtez de vous cacher. Ah, et faîtes aussi vos prises de sang, s'il vous plaît...Tout le monde en fait.  Je ne veux pas vous punir, et puis si ça tombe, vous n'aurez rien...Le guynéco vous y pensez hein? Aussi, ce serait bien parce que vous avez 25 ans et que...mais bon, pas maintenant, d'accord, je vois que ça vous angoisse, on en reparlera d'accord, plus tard."

 

Elle m'a incendiée. Mais quoi, si je me pèse je sais bien ce que ça va faire moi. Ce sera trop, je vais me lancer des défis débiles, et je me mettrai au régime, et ce sera pire.

"Ah, parce que vous ne voulez pas maigrir là. Vous allez me dire que vous courez TOUS les jours, que vous en voulez toujours plus, mais c'est pas pour maigrir...Ah oui bien sûr! Vous me prenez pour une chèvre? Arrêtez un peu votre numéro...D'accord pour que vous le fassiez avec votre mère, d'accord avec vos amis mais s'il vous plaît...pas ICI! ça fait plus de 10 ans maintenant...on arrête? Pause? Ne me protégez pas. Ne me rassurez pas, je ne m'inquiète pas. J'ai confiance en vous, quoi que vous fassiez. Alors cessez de protéger tout le monde à nimporte quel prix. Pas moi."

"Echec et mat", j'imagine qu'on dit ça dans ces situations. Je la deteste quand elle me fait ça. Mais c'est pour ça que je vais la voir. Par cequ'elle seule ose me mettre au pied du mur. Et c'est la seule psy qui m'a contredite, qui élève la voix et qui, quoi que je lui anonce comme objectif de poids ne sourcille jamais, pire, elle me suit jusqu'au bout. La seule qui m'encourage à faire du sport contre tous les avis médicaux. Mais alors il faut que mes démarches soient construites, que les risques soient moindres et que j'en sois responsable, pas que je les subisse. Toutes ces conditions font qu'à la fin, j'atteins peut être mes buts, mais grandie. Cette psy est une perle. Avec une voix douce, presque fragile, mais qui tout d'un coup peut devenir très impressionnante. C'est aussi la seule femme qui ne craigne pas ma mère, et qui sait lui répondre sans même s'enerver, insulte suprême.

Et parce que je la respecte tellement, quand elle me met dans cette position, je ne me mets pas à lui hurler dessus des conneries plus grosses que moi en devenant cette éspèce de furie arrogante. Je l'écoute et j'en prends plein la gueule. Vraiment plein la gueule. Elle arrive à m'atteindre...et elle le sait. Si j'ai tellement peur de faire mes prises de sang, de me peser, de contrôler mon ostéoporose, c'est que dans les deux cas, ça sera décevant.

Si mon corps est en pleine forme, sans carences, alors je me dirai que je ne suis pas "vraiment" malade. Que j'ai monopolisé du temps, des gens, généré de l'inquiètude, pour rien. Que j'ai pris la place de quelqu'un d'autre. Mais surtout, surtout...j'aurais l'impression d'avoir mené une guerre longue, longue, pour aucun résultat.

Mais si, au contraire, il était abîmé, je m'en voudrais aussi. Parce que je ne l'aurai pas écouté.Et parce que je leur donne raison. Moi, la pas malade.

Alors oui, faire l'autruche, je préfère. Plus facile, plus confortable. Le déni a toujours été mon truc, mon hobby favori. A ma mère qui me dit que j'ai des bras horribles, à ma soeur complexée par son corps d'ado qui me dit que je suis encore plus maigre qu'elle, je leur réponds le plus naturellement du monde que non, puisque je fais 56 kilos enfin! Des fois c'est 55, 52,58, bon, là, c'est 56 qui est sorti. Ca parait normal ce poids pour ma taille. Il est évident que je n'ai aucune idée du poids que je fais. Mais c'est comme un écran de fumée provisoire derrière lequel me cacher. Des fois je me dis que si je cache, c'est que j'ai conscience, quelque part, qu'un truc tourne pas rond.Mais merde à la fin jsqu'à quand je vais devoir me justifier...C'est de ma faute. A force de vouloir la protéger, ne pas l'inquièter et ... je l'ai habituée à la laisser me poser des questions comme si j'avais 5 ans. Et maintenant, si je m'y oppose, j'ai trop peur qu'elle s'offusque, et qu'elle me claque des "de toutes manières tu veux pas te soigner alors à quoi ça sert qu'on se saigne pour toi hein! ?". Coincée. Entre la culpabilité, la peur, l'amour, l'hypocrisie, le mensonge, le déni, l'inquiètude, la morale et le bon sens. Que des mots qui nous confinent dans les non-dits désastreux. la championne des non-dit. Derrière ma sainte imge de la grande gueule. C'est moi qu'on appelle quand on a peur de froisser quelqu'un. C'est moi qu'on appelle pour réglèr les conflits. C'est aussi moi qu'on appelle quand on veut une oreille attentive, et des réponses. On dit aussi que e sont les cordonniers les plus mal chaussée. NIARK.

 

Peut être que j'ai encore un peu peur de me lancer dans la vie. Et peut être que si mes analyses étaient bonnes...ça me ferait peur. Parce que ça veut dire que ma béquille anorexique se serait envolée. Que sans elle, si je tombe, je n'ai plus rien pour me retenir. Je sais qu'elles  ne seront pas excellentes au fond de moi. Mais...et si? C'est nul hein? De vouloir guérir à tout prix, et qu'une fois qu'on atteint le but...d'avoir peur une dernière fois. Mais l'Anorexie est l'une des seules choses que je n'ai pas éliminées; ma toxicomanie est pratiquement anéantie, l'alcool n'a plus sa place dans mes artères quant à ma prostitution...cela fait quelques temps que je ne m'y suis pas adonnée. Tout cela en peu de temps. Je crois qu'il est normal que je m'agrippe à l'anorexie comme à une bouée de sauvetage. Question de temps. J'imagine que je la lâcherai bientôt si je prends garde à ce qu'elle ne me diminue pas trop.  Inch'AllaH.

 

Ps: analyses faites.

Partager cet article

Repost 0
Published by [AnO]rchiDeA
commenter cet article

commentaires

http://www.detecteur-de-fumee-daaf.fr 13/07/2016 04:23

Pour une fois j'ai pris une décision raisonnable.

j-a 06/06/2011 22:36



Chère Madame Nyten,


Certainement vous avez la même chance que moi à savoir que notre vie a été et est belle, nous faisons partie de cette partie de la population dite de ''gens heureux'' mais si nous avons le
privilège de vivre ainsi cela ne donne pas le droit à des certitudes absolues et de porter des jugements.


Et oui Chère Madame, des gens sont différents de nous, malheureusement pas épargnés par la vie et/ou la maladie. Les souffrances quelles soient physiques ou morales font partie de leur quotidien.
Certaines de ces personnes comme l'auteur de ce blog font des efforts, se battent pour retrouver une vie plus heureuse. Alors pourquoi leur appuyer sur la tête lorsqu'ils la sortent enfin de
l'eau ?


Je vous souhaite la chance que j'ai eu à savoir que mon chemin à croisé des personnes en souffrances morales, vous savez celles que l'on appelle pudiquement ''différentes''...mais qui nous
apportent tant et l'on comprend très vite que ''différence'' est source de richesses dans l'échange, le partage.


De tout coeur, Madame Nyten, je vous souhaite de changer votre regard sur les autres.



nyten 05/06/2011 10:31



penszez vous vraiment que votre mère est aussi "bête" que vous la décrivez?


façile de se servir et de se foutre d'elle par la suite..



[AnO]rchiDeA 05/06/2011 16:27



Ah ma chère Nyten! Pourriez vous développer votre théorie afin que je puisse vous répondre? Et si je vous réponds, ferez vous 'effort de revenir ou venez vous ici pour "m'engueuler"
ponctuellement histoire d'apposer votre signature, histoire de dire que vous êtes là une fois de temps en temps pour pouvoir décharger votre colère? La première fois, bon, je me suis dit que vous
étiez vous aussi mère, et dans une situation pas facile, que je connais....dans l'autre sens. Seulement, là, ça m'exaspère légèrement. Le fait que je fasse l'effort de répondre à votre rage, et
que vous ne fassiez ni celui de vous expliquer, ni celui de vous calmer, ni celui de comprendre, là, vraiment, ça m'exaspère. Donc développez ou ne revenez pas, mais merci de dépasser le stade de
vouloir m'en balncer plein la gueule pour me donner une bonne leçon, franchement...et puis bon, en plus, dîtes vous bien que ça marche même pas! Vous me toucheriez un peu plus si vous vous
expliquiez un peu mieux, enfin je dis ça je dis rien, mais conne monumentale que  je suis, je ne comprends pas vos sous entendus...Mais bon, c'est possible hein, l'anorexie a du m'enlever
des neurones avec le peu d'humanité qu'il me restait vis à vis de ma mère apparemment.


Mais en fait, jvois pas très bien ce que vous me reprochez. Non, même en réflechissant bien, là j'avoue...Ah, si, peut être!!! Vous n'avez toujours pas lu d'autres articles! Ah j'y suis!!! Donc
vous vous imaginez que je prends ma mère pour une sainte gourde...Mais ouf, elle a l'intelligence, quand je lui affirme peser 56 kg, de ne pas relever et de passer à autre chose pour ne pas me
résumer à mon poids, on a dépassé ce stade là voyez vous. Elle a depuis bien longtemps compris que ça ne servait à rien de me demander des comptes de ce côté là et de bloquer sur ce chiffre qui
ne veut finalement plus rien dire. Ca fait 10 ans Nyten, je ne sais pas si ça vous le comprenez. Ce n'est pas pareil que 2 ou 3 ou 5. Pas parce que ouh la la mon Dieu "moi je moi je moi je" mais
parce qu'on change de tactique à un moment donné. Au début j'avoue, le poids est problématique et oui, comme il est vu comme principal danger, il domine toutes les conversations...à tort et à
travers. Résultat, je me braque, on s'engueule, les contacts s'enveniment, le résultat dégringole, et résultat on est toutes les 2 malheureuses. En lui répondant 56, 58 ou 53 c'est comme si je
lui demandais de passer à autre chose merci. Je sais qu'elle ne me croit pas. Et Elle sait que je sais. je me fous éperdument que ce que vous pensez (à part si pour une fois vous me balancez un
truc constructif ET justifié) et de comment vous NOUS jugez. C'est notre façon de faire, c'est tout. Et au bout de 10 ans, je suis personnellement en train de guérir. Alors peut être que ça a mis
du temps, peut être que vous nous prenez pour des cruches et vous me haïssez. Mais je suis debout et bien vivante. Vous ignorez par quoi on est passées, j'ignore ce que vous vivez, on est
quittes. La différence entre vous et moi, c'est que je suis franche, vous pouvez me lire, et donc me critiquer à votre guise...vous,que me donnez-vous à part votre aigreur? Je ne sais même pas
pourquoi je vous réponds, ça me dépasse. Peut être le fait que vous soyez maman, ça me touche. La maman d'une anorexique. Et l'impression que pour venir me pourrir à ce point, votre situation ne
doit pas vraiment être mieux que la mienne, sinon, quel interêt de vouloir aller se rassurer sur le compte des autres en venant gerber ici, hein? Je trouve ça un peu plus préoccuppant que de
savoir ce que vous pensez de moi.


Ah, au fait. Petite précision. Savez-vous que l'Anorexie fait faire un tas de choses? Erronne le comportement, l'esprit? Je n'aime pas me cacher derrière elle, ni me justifier. Mais le mensonge
fait partie de la maladie. Et ça, vous devriez le savoir il me semble. Ma mère, elle, le sait.


Au fait, mais vous ne montez au créneau que lorsque je parle d'elle ou jme trompe?


have a good day Nyten! Au plaisir!



Caducee 03/06/2011 10:14



Une dernière béquille, avant quoi ? Avant d'être "normale"... ou avant d'être toi ? Juste toi et pas une ano-toxico-alcoolo ? C'est sûr, ne plus avoir d'étiquette à SE mettre, à soi-même, c'est
dur. ça c'est clair. Mais ça soulage aussi, un peu. Parce qu'on a toujours une étiquette pour les autres : la brune/blonde, la mince/grosse, l'extravertie/introvertie... On fait toujours partie
d'un groupe de qualificatifs. Autant que ça ne soit pas au détriment de notre santé ;)



[AnO]rchiDeA 05/06/2011 16:45



Je ne sais pas, c'est une bonne question. Peut être avant d'être "normale". Moi, je le deviens de plus en plus ;) Et bizarrement, ça ne me fait plus peur ou presque...je commence à m'apprécier
pour ce que je suis, aussi bizarre que ça puisse me paraître. Mais je commence à m'y faire et ça me plait. Mais oui, la normalité, elle, m'effraie encore. Si tu me demandes ce qu'est la normalité
pour moi, je ne sais pas te répondre. Ou peut être que c'est juste "vivre sans ça". Vivre sans les troubles.  Quant à l'étiquette, putain qu'elle m'a fait souffrir la mienne, celle de
l'ano-toxico, pendant toute ma foutue scolarité...J'ai tellement voulu la virer, la décoller pour la flamber. Mais en fait, ce qui se passe me parait assez "normal" hahaha, je me dis que ça fait
un peu plus de 10 ans d'auto destruction, de comportements mis en place, d'addictions, et petit à petit, je les ai éliminées, c'était un peu ma raison de vivre aussi...Et voilà, pendant 10 ans ma
vie c'était me foutre en l'air, l'hôpital, la maladie, mais ma raison de vivre. Mon identité. Moi j'étais la dingue sans limites. Oui, ça pourrait être aussi une étiquette. L'étiquette sociale on
va dire. Celle-ci me convenait à peu près, puisque c'était celle que je m'étais construite au fond. Elle me permettait aussi d'être "forte" aux yeux des autres, puisqu'étant toujours dans la
dérision et l'humour, je devenais celle qui avait une vie merdique mais qui ne s'en plaignait pas. J'étais invitée car hors limites et donc surprenante. Cette étiquette me plaisait mais c'est
vrai, était difficile à assurer tout le temps. Il y a des fois où...je ne pouvais tout simplement pas être "cette fille là". je ne voyais plus mes amis dans ces moments là. Mais aujourd'hui, mon
identité...change. Et les changements, ça m'a toujours fait flipper. Mais ça, jcrois que c'est plutôt humain, ça n'est pas propre qu'à moi, enfin jcrois pas. Et je me demande ce qu'elle va
devenir...avec quoi je vais surprendre les gens maintenant? Quelles seront mes particularités? Est-ce que j'en aurai avec ma vie devenue plate et sans reliefs? Est-ce que je vais devenir
transparente? Que vais-je faire pendant tout le temps où j'étais obsédée par la bouffe, les doses et le reste? Oui, tout ça m'angoisse encore. Mais c'est passager, c'est tout. J'angoisse, mais en
réalité j'ai...déjà changé hahaha. C'est ça le plus drôle quand j'y pense. Et ma vie n'a pas tellement changé. Mes amis ont les mêmes. Il ne reste plus que l'anorexie. Ca peut faire rire comme
phrase quand j'y pense, mais comme l'anorexie n'est qu'un symptôme chez moi, c'est plus facile à virer que si c'était mon véritable enfer :) Et on a tellement bossé toute ces années que je suis
confiante. Vraiment confiante.


Et puis tu as raison...les étiquettes, en fait, on en aura toute notre vie. Quoi qu'on fasse. je t'embrasse Caducee.



destrez 02/06/2011 14:24



Votre ton à tellement changé, que j'en suis totalement baba...!!! Ma chère, je vous décerne une palme d'or pour votre franchise, votre courage, votre volonté....Mille pensées pour vous, mon
infidélité reste fidèle.......... A vous.



[AnO]rchiDeA 05/06/2011 16:48



Oh, Destrez, vous m'en voyez ravie! Heureuse de ces mots de votre part...


Merci!


 



*anorchidea*

  • : [La pÂleur mOntre JusQu'où le cOrps PeUt cOmprendRe l'âMe]
  • [La pÂleur mOntre JusQu'où le cOrps PeUt cOmprendRe l'âMe]
  • : Le pardon ne pouvant s'envisager, seule une vengeance violente, une décharge de tout ce qu'il y a de mauvais, malsain, au plus profond du subconscient, pourrait permettre de ne plus penser aux noirs souvenirs qui gangrènent ma chair me rendant chaque jours un peu plus malade. Mes pieds s'enlisent, mon esprit les suit. Je me perds. L'anorexie fait partie de ma vie depuis trop lontemps.
  • Contact

Des visites...

Recherche

Au Grenier