Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
29 octobre 2009 4 29 /10 /octobre /2009 09:49
Je ne suis rentrée qu'hier de l'hôpital...j'étais sensée y rester une nuit. Seulement, j'ai fait une crise convulsive [ils hésitent entre tétanie et epilepsie] le lendemain matin, donc transférée direct aux urgences. Je ne me souviens de rien et n'ai pas compris pourquoi je me trouvais le cul à l'air dans leurs magnifiques blouses au fond d'un lit d'hôpital, avec des perfs partout. En plus je me suis réveillée seulement le lundi, et j'ai eu le droit d'appeller personne avant d'avoir vu le médecin, ce qui fait que mes proches ont du appeller les flics et se sont fait un sang d'encre ne sachant pas où j'étais. J'ai jamais entendu une connerie pareille, pourtant j'en ai fait des hôpitaux mais là, franchement, ne pas pouvoir prevenir la famille qu'on soit à l'hosto, c'est grave. Et puis, je ne sais pas si j'ai été insupportable, ou que j'ai poussé les infirmières à bout, mais elles étaient vraiment pas sympas, putain...En plus elles m'ont obligée à bouffer des yaourts dégueu pour faire remonter ma  glycémie (évidement, avant, je m'étais imposée un petit jeûn) tout en m'engueulant parce que j'étais trop longue à les gober. J'ai du passer tout un tas d'examens, encéphalogramme et tout le bordel, pour arriver à la conclusion qu'en fait j'étais en manque et que mon corps commence sérieusement à morfler. On m'a dit que c'était grave d'en arriver là et que j'ai eu de la chance de faire ce malaise alors que j'étais déja hospitalisée parce que ça aurait pu mal tourner...Le truc positif, c'est que j'ai été obligée d'appeller ma mère et donc de lui dire que ça allait pas si bien que ça, surtout qu'elle a vu l'état de mes bras pour confirmer ses impressions. Je ne lui ai pas dit pour mes consommations toxiques, en accord avec les médecins j'ai dit que la crise était dûe à l'arrêt brutal de mon traitement.
J'ai eu peur, vraiment. Le second truc positif, c'est que j'ai décidé d'arrêter de prendre toutes ces merdes. On peut dire que ça m'a calmée...J'ai hâte d'avoir les résultats de tous mes tests, et de savoir à quoi m'en tenir. En attendant je vais essayer de retourner en cours le plus vite possible, on verra si ça va. Ou pas. J'ai juste l'impression, pour une fois, d'avoir atteint mes limites. Et je ne peux pas les dépasser, à moins de crever, parce que là, c'était moins une.
Peut être que j'en avais besoin. Besoin de me tester, de savoir jusqu'où je pouvais aller. J'ai vu.

Partager cet article

Repost 0
Published by [AnO]rchiDeA - dans Don't worry life is easy
commenter cet article

commentaires

http://www.pinel-immobilier.fr 13/07/2016 04:46

Une barbe qui me picote les joues et des bisous dans mon cou.

Rei 31/10/2009 12:53


Je t'envoie du courage. Même si au fond, tu en as énormément. Sinon tu ne serais pas arrivée jusque là. Et finalement tu devrais être fière; fière de toi, même si tu titube, tu finiras par arriver
à tenir droite, parce que pour le moment tu continues à avancer.


Alexandra 30/10/2009 14:49



Ma belle fleur, j'ai le coeur qui bat à 1000 à l'heure. STP, ne recommence plus, stp. Prends soin de toi le plus
possible. Aussi bizarre que ça puisse paraître, j'ai besoin de toi. Oui j'ai besoin de toi. De te lire, de savoir que tu remontes la pente et de telles nouvelles font pèter un câble. Je
t'aime.
Je t'aime fort. JE SUIS LA.





orpheeline 29/10/2009 17:03


maintenant que tu as vu, avances et restes parmis nous par pitié... ici on t'aime et il serait temps que tu le comprennes, tu comptes pour beaucoup de gens...
tu es une fille Bien et aimée...


shanti 29/10/2009 12:18


Te désintoxiquer semble la chose la plus importante là c'est sûre. Parce que même si la vie n'est pas rose la dope en transforme complétement la perception. Pour le reste c'est du courage en
kilotonne qu'il te faut à toi, comme à chacun de nous. Mais je crois qu'ici tu as déja des témoignages d'amour qui font quand même du bien. La vie est belle dans sa simplicité, et il est peut-être
temps pour toi de baisser les armes parce que oui tu as le droit de dire que tu as mal et de pleurer sans honte. Je t'embrasse bien fort eugénie.


*anorchidea*

  • : [La pÂleur mOntre JusQu'où le cOrps PeUt cOmprendRe l'âMe]
  • [La pÂleur mOntre JusQu'où le cOrps PeUt cOmprendRe l'âMe]
  • : Le pardon ne pouvant s'envisager, seule une vengeance violente, une décharge de tout ce qu'il y a de mauvais, malsain, au plus profond du subconscient, pourrait permettre de ne plus penser aux noirs souvenirs qui gangrènent ma chair me rendant chaque jours un peu plus malade. Mes pieds s'enlisent, mon esprit les suit. Je me perds. L'anorexie fait partie de ma vie depuis trop lontemps.
  • Contact

Des visites...

Recherche

Au Grenier