Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
15 juin 2008 7 15 /06 /juin /2008 11:51

J'ai passé ma journée d'hier à pleurer sur mon sort. Après un entretien corsé avec Mme L., où il a fallu que je me mette à nu, j'ai lu quelques rapports me concernant et dont j'ignorais l'existence. J'ai décidé de coopérer, de collaborer pour me sortir de ce bordel. Alors je dis la vérité, mes craintes et mes doutes, les victoires et les échecs. Mes pensées aussi, même si elles sont pathologiques, tant pis. Il faut me sauver, il faut que je saisisse les mains tendues, que j'accepte l'aide. Que j'admette que seule il n'y aura pas de sortie possible à cet enfer que j'ai construit de mes propres mains.

On a préparé mon rdv du 18 juin à l'hôpital St Vincent de Paul. Je n'y crois plus, honnêtement, alors...j'essaie de me donner les moyens de guérir, mais le moteur est irrégulier. J'ai confié mes angoisses par rapport au fait de prendre les repas en communauté, en espérant une réponse qui me convienne, mais objectivement, je sais que les négociations sont malvenues. Si je prends l'habitude de manger seule, je doute que je puisse revenir en arrière et partager à nouveau les repas avec les autres. Alors à la question, « que voulez vous, vous libérer de cette souffrance et manger en individuel? », je n'ai pu que murmurer un « non ». Parce qu'il faut cesser de jouer et se rendre à l'évidence; je suis malade et je nécessite des soins. Pas qu'ils rentrent dans mon jeu.

Vers la fin, elle m'a tendu une poignée de documents. « Voilà les lettres et les comptes rendus des différentes évaluations, entretiens et constats médicaux. Vous sélectionnerez l'un d'eux pour que je puisse le joindre au dossier que je vais donner au médecin. Il y a sûrement certaines choses que vous voudrez garder pour vous... »

Sous son doigt, je vois des mots qui m'horrifient. J'ai beau lire et relire, je n'en reviens pas. Premier rapport venant de l'hôpital Fontan, brut et froid.  « Vous vous doutez que l'on devait être au courant ». Non. J'ignorais ce secret partagé. Dire que pendant 2 mois je me suis foutue en l'air en pensant « il faut qu'ils le sachent », alors qu'ils en avaient connaissance. J'ai apprécié son tact et sa manière de me dire les choses. Mais bordel, mon coeur n'a fait qu'un bond, mes mains se sont mises à s'agiter dans le désordre, mes mots se sont emmêlés et j'ai désiré plus que jamais être six pieds sous Terre. J'ai senti cette putain de honte m'envahir, me polluer l'esprit, et le mutisme s'est installé pendant une bonne parie d'heures, tremblant de tous mes membres.


Chers confrères,


Vôtre patiente Mademoiselle E. S. a été hospitalisée au centre d'accueil et de crise du 23 au 28 mars pour prise en charge d'une recrudescence anxieuse dans le cadre d'un probable sevrage en alcool.

Il s'agit d'une jeune fille de 21 ans, célibataire, sans enfants et vivant seule actuellement. Elle est en contact avec ses deux parents, séparés depuis 20 ans. Elle a 4 ½ soeurs du côté maternel et 3 ½ frères du côté paternel. Elle est en bon contact avec ses grands-parents. Sur le plan de ses études, après un bac arts appliqués et un BTS, Mademoiselle S. a repris des études de psychologie et est actuellement en première année.


On ne note aucun antécédent médical ni chirurgical particulier.


Dans ses antécédents psychiatriques, on retrouve un suivi depuis 5 ans pour des troubles de conduite alimentaires à type d'anorexie/boulimie. On note par ailleurs, dans ses antécédents, 7 tentatives de suicide par intoxication médicamenteuse volontaire et 4 hospitalisations à L'EPSM d'Armentières. Il existe également des conduites addictives à l'alcool et aux toxiques (ecstasy occasionnellement, cannabis et benzodiazépines)


Sur le plan familial, son père serait suivi depuis peu pour un trouble bipolaire.


A l'entrée dans le service, Mademoiselle S. présente une agitation et une instabilité anxieuse importante diminuant progressivement après l'instauration d'un traitement de sevrage. Il existe des troubles du sommeil majeurs, et des comportements auto-agressifs avec des scarifications sur les deux avants-bras. La patiente explique avoir augmenté progressivement sa consommation d'alcool la semaine précédente, essentiellement à visée anxyolitique.

Les différents entretiens avec la patiente, seule puis accompagnée de sa mère ne permettent pas d'identifier des événements récents à l'origine de cette recrudescence anxieuse. Mademoiselle S. évoque une enfance difficile, élevée par ses grands parents paternels jusqu'à ses 4 ans puis par sa mère, avec une difficulté à trouver sa place et un souci constant de plaire aux figures parentales. Elle rapporte par ailleurs un viol subi à l'âge de 15 ans et vis à vis du quel elle nourrit un sentiment de culpabilité important, l'ayant empêché, jusqu'à ce jour, de porter plainte. Il semble que la patiente se place actuellement dans un statut de coupable et non de victime.

L'hospitalisation a permis une mise à l'abri rapide de cette patiente. Il s'avère néanmoins que les idées noires et les angoisses persistent et mènent Mademoiselle S. à poursuivre les scarifications. Il nous apparaît donc nécessaire de poursuivre la prise en charge sur le secteur.

Mademoiselle S. est donc transférée sur l'EPSM d'Armentières le 28/03/2007 pour une poursuite des soins.


Je vous prie de croire, chers confrères à l'expression de mes sentiments dévoués.


S. Maillet, interne. / V. Boss, praticien hospitalier.


Professeur Michel Goudemand.


Je ne me souvenais pas avoir confié ma vie aux médecins. J'ignorais que je m'étais découverte à ce point et c'est non sans douleur que j'ai relu encore et encore ce putain de papier. Son contenu impersonnel, qui me traite comme une patiente et non une personne me fait mal parce que ce sont les tripes qui sont écrites là, dans ces lignes crues.

J'ai pleuré, prête à engloutir 4 bouteilles de théraléne ainsi que tous les cachets amassés au fil des permissions. J'ai posé délicatement mes lames sur mon bureau, méthodiquement, machinalement. A ma grande surprise, je n'ai usé d'aucun de ces échappatoires...J'ai pensé à la famille. Me suis traitée de lâche, de faible et d'égoïste. J'ai sauté le repas, me suis mise toute habillée en position foetale et attendu que ça passe, que les sanglots s'arrêtent et que les spasmes se fassent moins fréquents. J'ai fermé ma porte de chambre à clé, préparant froidement ma fin. J'ai fini par m'endormir, anesthésiée par l'hypoglycémie et le froid malgré la chaleur étouffante.


Je viens de rendre tous les médicaments que j'avais soigneusement entassés au fil des semaines. Persuadée que c'est une chose très raisonnable, je me mets à angoisser; je ne pourrai pas m'en servir « au cas où »...J'y ai pensé des millions de fois, de tout avaler d'un coup...

« Je vais venir avec vous vérifier si vous avez d'autres cachets. » « Surtout avec vous, ça peut être dangereux. ». « Vous vous êtes scarifiée? »

_Non.

Victoire...oui, si on veux. Mais j'ai toujours en tête cette sensation de bien être que j'éprouve après m'être lacérée les bras. Ça me hante, c'est très étrange. Au lieu d'éprouver la satisfaction d'avoir résisté voilà que je suis presque déçue.





Partager cet article
Repost0

commentaires

didier 22/06/2008 18:17

je viens de recevoir ton com je t'en prie ne nous lache pas si tu savais combien j'ai mal pour toi little girl et combien j'ai peur je ne veux pas que l'histoire se répète je pense tout le temps a toi a ce que tu fais a ce que tu vis j'essaye de prendre ta souffrance tu as mon numéro si tu as besoin... nous sommes avec toi pense y toujours si tu peux il faut que ce blog est au moins servi a t'aider le plus possible nous t'aimons je t'aime ma fille IMMENSES BISOUS LIZA SE JOINT A MOI    didier trevor jullien

MAD 19/06/2008 01:06

j'ai peur.je ne veux plus de mon gros corps, il était mieux avant. mais on dirait que ça ne se peux plus ,que c'est du passé, qui ne recomencera plus.Quand on commence à grossir, on ne s'arrête plus? C'est pas vrai, hein? On est seule maître de décidé si oui ou non nous allons rechuter, et la volonté et la seule qui puisse nous sauvez, n'est ce pas?Tu oserais me dire que maintenant que j'ai pris du  poids, je ne pourrais plus jamais les perdre? Mais je ne peux pas ,je souffre, beaucoup trop! et personne ne peux plus le voir.Je veux maigrir, mais je ne veuux pas finir à l'hopital! Car si pour une seconde fois je me dois d'y retourner ,je ne pourrais plus en sortir. J'aurais trop honte: encore gâché une année de dance, leur faire de la peine, à toute ces filles, qui sont si fiére de moi, qui m'en voudrait tellement que je recommence comme avant !Je ne sais pas ce que je veux, par moment ,c'est stupide, mais j'ose à penser que toi ,tu as de la chance! D'être là-bas, dans un corps maigre, entourée de médecin, qui en te jugeront jamais, qui seront toujours obligé de t'écouter, de t'aider! Défois je me dis ,en lisant les commentaires, que je n'aimerais, qu'on me dise toujours ,à moi, que je suis en train de m'en sortir,  car je crois que s'en sortir fais trop mal.J'arrête.Je suis stupide de dire des choses comme ça. Tu ne rêves surment que de ta guérison,et tu en as surment marre, d'être enfermé depuis si longtemps. Je n'avais pas tenue plus de 4 mois, alors j'imagine ,ta souffrance et ton impatience. Je m'en veux, désolé.Dis-moi (l)

[AnO]rchiDeA 19/06/2008 10:37


MAD

Ton commentaire m'a fait froid dans le dos.
Déja, je comprends que tu penses à ces filles fières de toi, mais elles ne doivent pas intrerférer sur ta vie, tu as le droit de décevoir, ce n'est pas pour ça qu'elles t'aimeront moins. Même si
elles auront sûrement de la peine, parcequ'elles aimeraient te retrouver en forme, de pouvoir partager avec toi des moments de plaisir. Des trucs à la con mais se taper des barres de fous rires
c'est tellement bon. En +ça fait des abdos ;p (ok je sors lol)
Pour mon corps, oui, quelque part j'ai malheureusement de la chance. Parceque ça se voit et qu'on s'occuppe de moi. La guérison me fait peur à moi aussi parceque malgré tout j'ai beaucoup de mal à
divorcer avec cette putain d'anorexie mais je choisis la vie MAD, la vie c'est pas la balance,même si ce qu'elle m'indique conditionne tout, mon comportement, mes humeurs, mon moral. Tu connais
tout ça MAD, mais c'est l'enfer.
En sortir, oui, ça peut faire mal, mais on tourne en rond avec nos kilos en moins qui prennent toute la place...et au bout d'un moment je crois qu'il faut faire un choix. Descendre ou remonter.
Guérir n'est pas synonime de grossir, malgre tout ce qu'on peut dire là dessus. Pour les plus faibles une prise de poids est nécessaire, et cela peut être trop d'un coup, mais l'appettit se régule
petit à petit et redevient normal.
Peut être as tu grossi, mais au moins tu t'es laissé une chance de vivre. Et on ne grossit pas sans s'arrêter, promis. Tout ça va se régler au fur et à mesure. Tu as peur de l'hôpital, c'est que tu
n'en gardes pas tellement bon souvenir.Et c'est positif; tu es obligée de faire attention. Remaigrir, ok, mais pas à l'extrême MAD. Toi qui connais les rouages de cette saloperie, fait
attention.
J'ai l'impression de faire les grosses moralisatrices genre j'ai tout vu tout fait...mais je suis sincére. Et si tu voulais en reparler n'hésite pas.


J. 18/06/2008 20:27

Et dans tes pales sourires, pas once de fierté, pas once de bonheur, de contentement, de ravissement vis-à-vis d'une victoire qui te parait peut être anodine, mais pourtant est si grande.. Quel dommage, quel gâchis !

Les orchidées sont des fleurs, les fleurs en plus d'être délicates et subtiles se DOIVENT d'être orgueilleuses, imposantes, aimées d'elle même.

Tu as le droit de vivre autant que moi, le droit de rire et de remplir tes yeux d'éclats de joie.

Bravo ma puce, tu avance. Rends toi compte un peu comme tu avance. Lentement ? Mais sûrement.

constipulsive 17/06/2008 11:10

quand je t'ai lue, j'ai eu mal à la peau. un mal agreable :/

Liza Peninon 16/06/2008 17:34

Ma puce j'ai même pas réalisé que je t'avais pas dit que j'avais fait aussi plein de TS . Mais tu le savais déjà . J'ai peur que t'aies pas eu mon message, peur parce que je peux pas te parler, je me sens tellement mal sans toi . Nuit blanche . Putain de journée . Une de plus, je me suis fracassée exprès, Didier a peur pour nous deux, mais il garde courage et espoir ... même s'il est hyper inquiet pour toi . Reviens dès que tu peux, je te tiens la main ma petite soeur de coeur, de combat, je crois en toi . Il faut que tu croie en toi . Gros gros bisous .Liza

*anorchidea*

  • : [La pÂleur mOntre JusQu'où le cOrps PeUt cOmprendRe l'âMe]
  • : Le pardon ne pouvant s'envisager, seule une vengeance violente, une décharge de tout ce qu'il y a de mauvais, malsain, au plus profond du subconscient, pourrait permettre de ne plus penser aux noirs souvenirs qui gangrènent ma chair me rendant chaque jours un peu plus malade. Mes pieds s'enlisent, mon esprit les suit. Je me perds. L'anorexie fait partie de ma vie depuis trop lontemps.
  • Contact

Des visites...

Recherche

Au Grenier