Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
7 mars 2009 6 07 /03 /mars /2009 13:20
"_Je m'en vais.
_Avec quelle autorisation? Avec l'accord de qui?
_On est vendredi, je n'ai plus droit à aucune permission la semaine, je peux quand même partir en week end non?
_C'est pas dans vôtre contrat.
_ Ah oui? Je suis quand même dans une prison si vous me permettez, j'ai même pas eu le droit de prendre deux jours chez moi avec ma famille durant les vacances, je vais vous dire, moi, je me casse là. Et dans mon contrat j'ai le droit aux week end, j'ai vu ça avec le médecin.
_Eh ben je ne suis pas au courant.
_Je m'en vais, je verrai ça lundi avec Elle. Mais là, il faut que j'aille prendre l'air, je vais péter un cable sinon, il faut que vous me compreniez"

J'étouffe. Ils m'oppressent, la rage monte. La rage d'être dans ce vieux corps, la rage de devoir être enfermée pour être protégée, la rage d'être considérée comme une gamine de 7 ans, la rage de devoir obéir, tout le temps, la rage de ne pas être prise au sérieux, la rage de devoir rendre des comptes en permanence. Le manque de l'alcool, du chichon. Et des cachetons qui ne font même plus effet.

C'est dans ces moments là que je pourrais craquer. Ces moments où la colère monte, ces moments là où j'ai besoin de me prendre une raclée pour me calmer. Besoin de me lacérer, besoin de m'exploser, besoin de me défoncer un bon coup. Mais si je le fais je suis renvoyée à cause de leurs putain d'analyse. Et j'ai pas envie de me broyer les bras, il faut que je tienne. Il faut. Je n'ai pas l'habitude de laisser mon coeur tambouriner comme un malade dans ma poitrine sans faire quelque chose pour le faire taire, c'est douloureux bordel. Mais j'ai fait un choix, celui de me gérer, celui de continuer à bâtir...pour apprendre à m'aimer.
Pour avancer, mettre un pied devant l'autre.


L'adrénaline monte,j'aime cet état d'excitation, ce moment clé où il faut que je choisisse entre les extrêmes.
J'aime le métier que je suis entrain, d'apprendre, j'aime ce métier où travailler est plaisir, où la pression fait naître les talents. Je m'exprime enfin autrement qu'en détruisant, et je réalise que c'est possible. Que je peux me sentir vivante autrement que dans la douleur.


C'est délicieux. Je savoure.
Avant de me faire engueuler lundi. :)


Partager cet article
Repost0

commentaires

Lisanka 11/03/2009 08:14

Heureuse de lire cela. Laisse la vie te remplir de joie. BisousLisanka

Emy 10/03/2009 16:34

Continue à t'épanouir, à faire des projets. Prends bien soin de toi.A bientôt

Mad 08/03/2009 21:41

Hééé, tu sais, je crois que je vais guérir. Pas dans le bon ordre comme toi, mais c'est déjà ça. Aprés tout, quand on se rend compte qu'on a gâcher un an à tenter de remaigrir - qu'on ne peut pas faire exprés d'être malade - et qu'on ne passe pas toute sa vie à être anorexique parce qu'on finit par guérir, il faut bien se rendre à l'évidence!Mais toi c'est mieux -enfin c'est mieux, passer 2 ans et plus en HP c'est pas trés cool, mais c'que j'veux dire, c'est que à force de redécouvrir la vie petit à petit, elle va te guérir

Nayllie 08/03/2009 15:57

Wahou ! Tu as eu raison.. Si tu n'en pouvais plus du foyer il vallait mieux que tu partes.. Je me demandais.. Lorsque tu es énervée, & que tu as envie de te faire du mal, cela doit être très dur de résister.. est-ce comparable à la force que l'on doit déployer pour résister à une crise de boulimie ? ou est-ce encore plus fort ? Je te pose cette question car mes comportements auto-destructeurs ne sont jamais allés aussi loin.. Donc je peux imaginer mais pas comprendre réellement. En espérant que ta journée de lundi ne commencera pas par une pu*ain d'engueulade.Gros bisous & bonne fin de week end :)

Sid 08/03/2009 11:23

Hey. Ravie de voir que tu luttes toujours aussi bien. Avec le temps, tu verras que les lames font beaucoup moins de bien qu'un putain laché bien fort ou des larmes comme ça parce que t'as envie d'exprimer quelquechose. Ca laisse moins de traces.Tu t'éclates au taf, c'est plaisant à voir. J' espère juste que tu pourras zapper le manque d'alcool. Même si c'est chouette sur le moment, faudrait que tu puisses controler. Boire un peu, juste ce qu'il faut. Sans trou noir, sans évanouissement. Juste ec qu'il faut pour que les yeux pétillent et que le sourire viennent librement. Moi je pense à toi. Je vois que tu t'en sors, que tu t'accroches. Continue Belle Fleur, faut que tu tienne, que tu arrives à t'en sortir définitivement. Pour le coup de tenir pour les chouilles... C'est des salauds, mais y'a des trucs qu'ils ne comprendront jamais : en sortant, tu t'éclateras en chouille le week-end, et ils  n'y pourront rien.J'espère qu'au niveau bouffe, tu arrives à manger un peu plus, et surtout que tu acceptes ton corps s'il change. C'est tellement plus beau, une fille vivante... Enfin, trop long message, encore. J'espère vraiment que tu vas mieux et que ton travail va permettre de t'aimer de plus en plus, que ta confiance revienne. Même si paradoxalement, je susi certaine que tu sais ce que tu vaux dans ton élément créatif. Je t'embrasse Bella. Calinou ! A bientot l'artiste !Pense fort à toi.GROU. Et éclate toi.

*anorchidea*

  • : [La pÂleur mOntre JusQu'où le cOrps PeUt cOmprendRe l'âMe]
  • : Le pardon ne pouvant s'envisager, seule une vengeance violente, une décharge de tout ce qu'il y a de mauvais, malsain, au plus profond du subconscient, pourrait permettre de ne plus penser aux noirs souvenirs qui gangrènent ma chair me rendant chaque jours un peu plus malade. Mes pieds s'enlisent, mon esprit les suit. Je me perds. L'anorexie fait partie de ma vie depuis trop lontemps.
  • Contact

Des visites...

Recherche

Au Grenier